Faits divers Le bourgmestre Léopold Lippens montre les crocs face aux maîtres égoïstes.

Chacun connaît le phénomène et les conséquences malodorantes des déjections canines sur les plages, dans les parcs ou au milieu de la rue.

Un fléau dont la Ville de Knokke-Heist souhaite ardemment se débarrasser.

Le bourgmestre Léopold Lippens est un grand amoureux des chiens mais ne peut pas tolérer la situation actuelle.

Il a donc mis en place des contrôles policiers supplémentaires, pas seulement sur la plage mais aussi dans les parcs environnants. "Nous allons utiliser tous les moyens disponibles pour identifier les propriétaires de chiens qui enfreignent les règles".

La commune compte plus de 20 caméras et va les utiliser dans ce but. "Soyons clairs : les chiens restent les bienvenus à Knokke Heist. Mais les propriétaires doivent respecter le règlement".

Un coup d’œil sur la plage montre que ce ne sera pas du luxe. Même si c’est interdit depuis le 15 mars, de nombreux chiens se promènent encore sans laisse et certains en profitent pour faire leurs besoins.

Et les maîtres ? Dans le meilleur des cas, ils jettent du sable sur ces déjections et poursuivent leur route. Une attitude égoïste mais surtout punissable alors que la commune met tout en œuvre pour maintenir la propreté publique.

La digue de mer sera particulièrement surveillée. "Nous ne sommes évidemment pas la seule commune à connaître ces problèmes, poursuit le bourgmestre . Mais je veux offrir une station propre aussi bien à ses habitants qu’aux touristes. Avec des crottes de chien sur la plage, ce n’est pas possible."

La commune dispose aussi d’une arme secrète : une caméra mobile qui peut être installée n’importe où dans la ville.

L’an passé, 94 propriétaires de chiens avaient ainsi été verbalisés. Une amende qui peut monter à 250 euros.