Faits divers Certains commerçants utilisent un faux prétexte pour refuser vos contenants.

Octobre étant le mois de l’anti-gaspillage, vous avez peut-être décidé vous aussi de vous lancer dans la pratique du zéro déchet. Le mouvement rencontre un succès grandissant en Belgique. À tel point que de plus en plus de consommateurs se rendent chez leurs commerçants, contenants à l’appui. Plus besoin ainsi d’emballages superflus puisque le client apporte les siens. Des récipients alimentaires qui ne sont pas toujours les bienvenus. Les bouchers et vendeurs de charcuterie auraient tendance à les refuser, sous prétexte que l’Afsca refuserait une telle pratique. C’est ce qui ressort de plusieurs plaintes émises au point de contact de l’Agence fédérale pour la sécurité alimentaire. L’occasion pour l’Afsca de clarifier la situation.

" Faire ses courses alimentaires en prenant soin de n’utiliser aucun emballage du magasin, c’est une tendance qui prend de l’ampleur. C’est une attitude qui s’inscrit dans le cadre d’une consommation durable. L’Afsca est 100 % favorable au zéro déchet, tant que la pratique reste en adéquation avec la loi et qu’elle n’entraîne pas de risque pour le consommateur ", précise la porte-parole de l’Afsca, Stéphanie Maquoi.

La législation alimentaire n’a donc jamais interdit que les consommateurs apportent eux-mêmes un emballage pour emporter leurs achats. " Mais ce n’est pas pour autant qu’un commerçant doit accepter toutes les situations qui se présentent à lui ", poursuit Stéphanie Maquoi.

L’Afsca autorise donc les contenants (réutilisables) des consommateurs, mais sous certaines condition :

1. Le récipient du client doit bien évidemment être propre. Pas question qu’il devienne une source de contamination pour les autres produits vendus par le commerçant.

2. Il doit être approprié à l’emballage d’aliments. " Un sac en plastique reçu lors de l’achat de chaussures ne convient pas, le bidon en plastique ayant contenu un assouplissant pour le linge non plus… ", précise la porte-parole de l’Afsca.

3. Le contenant doit être adapté à l’utilisation spécifique que l’on va en faire. " Pour emporter un repas ou un aliment chaud, il faut un contenant qui soit conçu pour contenir un mets chaud. De plus, un aliment acide ne doit pas être emporté dans un contenant en aluminium par exemple, et ce pour éviter le risque de réaction chimique ."

Si ces critères ne sont pas remplis, le commerçant peut donc vous refuser vos emballages puisque, rappelle l’Afsca, il demeure le garant de la sécurité alimentaire derrière son comptoir.