Faits divers

Gare au choc lorsque le ballon se gonfle. S'il sauve des vies, il peut aussi blesser

BRUXELLES Depuis la ceinture de sécurité et avant l'ESP, l'airbag est sans doute une avancée en matière de sécurité parmi les plus importantes dans les véhicules. Une étude de l'OMS a ainsi montré que l'airbag pouvait réduire le nombre de décès de l'ordre de 22 à 29 %. Pourtant, des voix s'élèvent pour rappeler que les airbags ne sont pas sans danger. L'explosion qui provoque le gonflement du ballon permet de remplir le coussin de 35 à 160 litres de gaz en 150 millisecondes. Ce n'est pas anodin et de nombreux traumatismes peuvent être mis à son passif.

Ainsi, les yeux sont soumis à rude épreuve lors de l'explosion du coussin. Luxation du cristallin, décollement de la rétine ou hémorragie oculaire sont quelques-unes des affections provoquées par l'airbag. Mais les pires blessures proviennent des lunettes ou des lentilles qui se brisent lors du choc.

Les oreilles ne sont pas épargnées lors de l'explosion. Cela peut entraîner une perte de l'audition de certaines fréquences, voire des acouphènes. Toujours sur le visage, les nez cassés et autres commotions sont nombreuses.

Pour le reste, pointons encore des fractures de l'avant-bras posé sur le haut du volant, des fractures de clavicules ou encore des contusions aux seins pour les conductrices. Cela dit, ce sont de petits inconvénients si, grâce à l'airbag, on a pu survivre.



© La Dernière Heure 2009