Faits divers Il y a quinze jours, un policier faisait condamner la police de Bruxelles...

BRUXELLES Jean Leeman, c'est ce policier qui vient de faire condamner son employeur - la police de la zone Bruxelles-Capitale-Ixelles - à lui permettre de travailler dans un local non-fumeur.

L'affaire s'arrêtera-t-elle là? Laurette Onkelinx, ministre de l'Emploi et de l'Egalité des chances, a fait demander au policier qu'il lui fasse parvenir l'arrêt de la Cour du Travail de Bruxelles.

Il n'est pas exclu, confiait samedi Jean Leeman, que la décision de justice, véritable première en Belgique, inspire une nouvelle législation antitabac qui viendrait combler un vide juridique.

Pour trancher en sa faveur en effet, les juges de la Cour du Travail ont dû s'appuyer sur une série de textes de loi épars comme l'article 51 de la Convention européenne des Droits de l'Homme, l'article 23 de la Constitution et même l'article 32 bis de la loi... Onkelinx des 11 et 22 juin 2002 sur le harcèlement au travail: les juges ont considéré que l'obligation dans laquelle le policier s'était trouvée de devoir lutter jusqu'en justice pour protéger sa santé menacée par la cigarette constituait une forme de harcèlement...

Fair-play, la police de Bruxelles!

Elle respecte la décision intervenue. Elle interdit à tous ses policiers de fumer dans le local de garde, celui où travaille Jean Leeman à la Direction Trafic de la rue des Palais! Un commissaire est chargé du contrôle.

Et les policiers fumeurs? Un local leur a été aménagé au rez-de-chaussée du commissariat: il s'agit de l'ancien magasin où se rangeaient les radios portables et les batteries notamment.

Pour le confort, des chaises et quelques tables ont été installées dans ce local... et l'on n'a pas oublié les précieux cendriers!

Jean Leeman n'a pas subi de représailles. Au cas où, sa hiérarchie lui a même proposé de changer de service, ce qu'il a refusé. Quant aux collègues, certains l'ont remercié de n'avoir pas demandé que tout le commissariat - et pas seulement le local réservé aux agents - soit interdit de cigarette.

Mieux! Leeman a fait des émules. Fin août, vingt-huit de ses vingt-neuf collègues fumaient. Deux mois après, sept - soit 25 %! - ont décidé de stopper la cigarette!

En outre, la femme d'ouvrage du commissariat n'est pas la dernière à se féliciter: le local de gardeest à présent plus facile à nettoyer!

Pour ce résultat, Jean Leeman a dû consentir certains frais de procédure (avocat, huissier de justice) : PolBru condamnée payera tout!

Le policier, enfin, avait encore quelque congé à prendre: il a décidé de fêter ça en les prenant tous - et ça fait 41 jours - avant la fin de l'année...

© La Dernière Heure 2002