Faits divers Condamné à perpétuité pour assassinat, Ndue K. a frappé plusieurs codétenus !

Ndue K., un ancien policier albanais, a été condamné à la réclusion à perpétuité par la cour d’assises de Bruxelles en 2004. Le jury l’avait reconnu coupable d’assassinat et depuis, il purge sa peine dans les prisons belges. Où il ne laisse pas vraiment de bons souvenirs puisque mercredi matin, il se retrouvait sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel du Brabant wallon, pour trois faits de violence commis envers des codétenus.

D’abord à Lantin, où il n’a pas supporté qu’un prisonnier chargé de distribuer les habits pénitentiaires ne lui trouve pas immédiatement un pantalon à sa taille. Ndue K. s’est énervé, et l’a frappé. Transféré à Ittre, il a demandé quelques infos au détenu occupant la cellule voisine de la sienne. Mais dès que les gardiens ont ouvert les portes pour distribuer les repas, l’ex-policier s’est rué sur le malheureux et lui a lancé son poing en plein visage. Motif : sa radio faisait trop de bruit et Ndue K. l’avait prévenu qu’il avait intérêt à diminuer le son…

Le 17 avril 2013, ce sont les coups de raclette contre la porte de sa cellule, donnés par un prisonnier chargé du nettoyage des couloirs, qui ont fortement indisposé l’Albanais. Il a donné un premier coup par-derrière qui a allongé le servant au sol. Puis il s’est acharné sur lui à coups-de-poing. Résultat : de multiples fractures, la nécessité de poser des plaques en métal pour reconstituer le visage du malheureux, qui garde une incapacité totale de travail. " En prison, cela arrive, Madame la juge, a affirmé le prévenu hier matin. Vous savez, il y a des menaces, des disputes… J’assume ce que j’ai fait. "

Le substitut, de son côté, n’a pu que constater que le prévenu " reste aussi dangereux que lorsqu’il a été condamné à perpétuité en 2004 ". Quatre ans de prison ferme ont dès lors été requis. Jugement le 15 novembre.