Faits divers Selon les premières constatations, le corps découvert près de Noville est celui de Marie-José Thonus.

Dimanche matin, un corps a été découvert, par des traqueurs, lors d’une chasse, dans un bois situé entre Bourcy et Noville. Les premières constatations montrent qu’il s’agit probablement du corps de Marie-José Thonus, 73 ans, qui avait disparu de son domicile de Bourcy dans la nuit du samedi 23 au dimanche 24 mai dernier. Elle souffrait de la maladie d’Alzheimer. Les restes humains se trouvaient à environ 2 km du domicile de la septuagénaire.

Le parquet a été prévenu. Le bourgmestre Benoît Lutgen (CDH) s’est rendu sur place pour avertir la famille. Patricia Thonus, la fille de Marie-José, a été prévenue vers midi. "Un chasseur a d’abord trouvé une montre", explique-t-elle. "Un policier est venu à mon domicile en début d’après-midi : c’était bien la montre de maman. Des restes humains, une pantoufle bleue et un dentier ont ensuite été trouvés."

Patricia ne s’est pas rendue à l’endroit où la macabre découverte avait été faite. "Je n’aurais pas eu la force d’y aller", confie-t-elle. "Je préfère garder une belle image de maman. Cela me fait mal de savoir qu’elle est morte seule dans les bois."

Le 23 mai dernier, Patricia avait quitté la maison de sa mère vers 22 h 30 après lui avoir donné ses médicaments pour la nuit. Le lendemain matin, la vieille dame avait disparu. La famille n’avait retrouvé ni le pyjama rose ni les pantoufles bleues qu’elle portait. Un avis de recherche avait été lancé. Fin mai et début juin, plusieurs centaines de personnes avaient participé à des battues avec l’armée, la police, les pompiers et la Protection civile. "Le bois où le corps a été découvert avait été fouillé", se souvient Patricia. "Les policiers m’ont dit que ses restes se trouvaient sous de grands feuillages."

Elle ajoute que s’il se confirme que le corps est bien celui de sa mère, elle pourra enfin faire son deuil. Au nom de la ville de Bastogne, le bourgmestre a présenté avec émotion toute sa sympathie et son affection à la famille. Le travail d’identification du corps se poursuit. Des analyses ADN seront notamment réalisées.