Faits divers

Tenu pour mort depuis 50 ans mais bien vivant, responsable de 2.500 déportations

BRUXELLES Officiellement, la Belgique, qui l'avait rayé de l'état civil dans les années 1950, était persuadée qu'il était mort depuis un demi-siècle. Sous l'Occupation, Van Aerschodt était surnommé GBR dans la région du Centre, GBR pour Grand Blond avec son Revolver .

On apprend qu'en octobre de l'an passé, le parquet fédéral a fait procéder en plein Bruxelles à l'interpellation d'un homme de 86 ans qui a prétendu s'appeler Juan Pablo Simons, ce à quoi les Belges ont répondu qu'il était Paul, Jean, Léon Van Aerschodt, né le 18 décembre 1922, en cavale, recherché depuis 1945. Dernier domicile connu : Houdeng-Aimeries, rue Boël.

Son évasion la nuit du 28 au 29 janvier 1945 lui avait donc permis d'échapper à la condamnation à mort, "avec exécution publique à Charleroi" , pour collaboration avec l'ennemi. Le verdict, en date du 28 février 1946, clôturait le procès dit de la Werbestelle de La Louvière qui jugeait 27 responsables de 2.500 déportations et de la mort d'au moins 20 patriotes.

L'arrestation de Van Aerschodt à Bruxelles le 29 octobre 2008 est le fruit de six ans et demi de recherches menées par une fraternelle d'anciens résistants dont la moyenne d'âge a bien dépassé les 80 ans, des anciens de services de renseignement et d'action : ces articles leur rendent hommage.

L'information est confirmée par le procureur fédéral, M. Johan Delmulle.

À Bruxelles, Juan Pablo Simons alias Van Aerschodt espérait s'emparer d'une valise contenant 832.000 euros en billets.

En 46, le conseil de guerre avait jugé que le Grand Blond avec son Revolver avait reçu des Allemands au moins 36.000 francs belges de l'époque - à multiplier au moins par cent aujourd'hui - pour avoir dénoncé des réfractaires au travail obligatoire.

Van Aerschodt fut déféré au parquet de Liège et remis en liberté le lendemain. Le parquet ne pouvait que constater que la peine était prescrite depuis 1976.

Après quoi, le chef des kommandos de chasse de ce que les Allemands appelaient le grand La Louvière a quitté la Belgique pour l'Espagne. L'ex-Belge y vit depuis (probablement) 1964, avec la nationalité espagnole obtenue grâce à Franco. Pour les Belges, sa trace se perdait vers 1947.

Et dans les années 1950, l'homme dont les photos montrent qu'il porte joliment ses 86 ans était officiellement déclaré mort. À l'époque, il vivait en fait en Bolivie où, marié à une Bolivienne, le Grand Blond avec son Revolver a fondé famille et eu cinq enfants.

Van Aerschodt est le dernier collabo belge connu condamné à mort en vie.

Les anciens, et dont certains appartenaient au Réseau Tegal, jubilent de savoir que Van Aerschodt fut arrêté l'an passé à Bruxelles "à la façon Gestapo" : poussé dans un véhicule anonyme par trois hommes en civil. Il s'agissait des services de la Sûreté de l'État, héritiers actuels des Tegal des années d'enfer.

Au procès de la Werbestelle de La Louvière que présidait le juge Saliez, Van Aerschodt, jugé pour des faits commis entre février 1941 et juin 1944, était le numéro 1 d'une liste de 27 - dont 15 femmes - rechercheurs de réfractaires, dont 7 furent condamnés à mort et tous passés par les armes, sauf lui.



© La Dernière Heure 2009