Faits divers La comtesse Diana du Monceau de Bergendal a détenu près de 100 chiens.

Des poules et des lapins tués dans les jardins, des sacs-poubelle déchiquetés en rue, des aboiements incessants… Voilà quelques-unes des nuisances auxquelles des Chastrois et des Genappois ont été confrontés en 2013. En cause ? Des dizaines de chiens errants provenant des propriétés de la comtesse Diana du Monceau de Bergendal avaient littéralement envahi les rues et la campagne de ces deux bourgades du Brabant wallon.

La cour d’appel de Bruxelles s’est saisie de cette affaire, mercredi, et a rappelé les conséquences plutôt dramatiques que peut entraîner l’accumulation d’animaux dans des conditions inappropriées. La comtesse est prévenue pour infraction à la loi relative à la protection et au bien-être des animaux, mais aussi pour coups et blessures provoqués par ses chiens.

Le premier volet du dossier concerne une saisie de près de quarante chiens le 10 juin 2013 chez Diana du Monceau de Bergendal à Chastre. "C’est une forte délégation qui s’y est rendue, composée du bourgmestre, d’inspecteurs vétérinaires, d’inspecteurs de l’environnement et d’inspecteurs de police", a rappelé le juge. "Ceux-ci ont déclaré avoir été accueillis par de nombreux chiens agressifs qui se baladaient en toute liberté. D’autres étaient dans des enclos de chevaux, sans vis-à-vis et sans lumière suffisante. Une odeur pestilentielle d’animaux et d’excréments se faisait sentir."

Par ailleurs, plusieurs chiens étaient malades et l’un d’eux a dû être euthanasié. En mars 2013 déjà, le bourgmestre de Chastre avait écrit au procureur du Roi de Nivelles pour évoquer les nombreux problèmes que les chiens de la prévenue provoquaient dans sa commune, avec des conséquences parfois graves pour les habitants et leurs petits animaux de basse-cour.

Le second volet du dossier concerne une autre saisie, cette fois de 44 chiens et de 11 chiots, à Genappe, dans une autre propriété de Diana du Monceau de Bergendal, le 24 octobre 2013.

Les policiers avaient fait le même constat : des déjections canines dans toute la maison et ses dépendances, des chiens errants et agressifs, à la seule exception que ceux-là paraissaient en bonne santé et bien nourris. "Je rends service en reprenant des chiens dont certaines personnes ne veulent plus. Les gens les amènent chez moi. Je suis très attachée à eux", avait déclaré la prévenue face au premier juge en 2015. Elle avait alors toujours 40 chiens chez elle… Le procès se poursuivra le 19 septembre.