La directrice suspectée de relations intimes avec un détenu

Sarah Rasujew Publié le - Mis à jour le

Faits divers

Carine Cartelle est sous le coup d’une enquête qui, si les faits sont avérés, pourrait lui coûter sa place

LANTIN C’est une affaire qui, sans nul doute, va faire grand bruit. Carine Cartelle, une des directrices de la prison de Lantin, a été écartée, suspectée d’entretenir une liaison avec Ekrem Serdar, un des détenus de sa prison.

Dans le courant 2012, l’enquête a débuté car des bruits de couloirs insistants disaient qu’une des directrices de Lantin entretenait des relations sexuelles avec un détenu.

Au départ, les autorités ne savaient pas laquelle des directrices était concernée par ces prétendus faits. Deux d’entre elles ont été au centre d’une enquête et ont fait l’objet d’écoutes téléphoniques.

Les enquêteurs auraient alors remarqué des liens étroits entre Carine Cartelle et Ekrem Serdar, un homme condamné en octobre 2006, par la cour d’assises du Hainaut.

Ekrem Serdar et ses complices avaient commis un tiger-kidnapping le 18 décembre 2004 à l’encontre du gérant de l’agence Dexia de Wanfercée-Baulet et de sa famille. Ils avaient pris en otage le gérant, son épouse et leur fils de 3 ans.

Après avoir contraint le banquier à se rendre dans son agence et y ouvrir le coffre, les malfrats avaient réussi à emporter 200.000 €.

Pour ces faits, Ekrem Serdar a été condamné à 20 ans de prison. Depuis quelques années, l’homme a été transféré à l’établissement pénitentiaire de Lantin. C’est là qu’il a fait la connaissance de Mme Cartelle.

Si des relations sexuelles entre un détenu et une directrice ne représentent pas une infraction en tant que telle, elles constituent par contre un manquement grave à la déontologie.

Si les directeurs n’interviennent pas directement dans le processus d’une libération d’un détenu, ils émettent un avis, qui n’est évidemment pas toujours suivi et qui ne lie en rien le tribunal d’application des peines.

D’après certains éléments, Carine Cartelle serait partie en vacances au Maroc, à Marrakech, avec Ekrem Serdar lorsque ce dernier venait d’être libéré.

© La Dernière Heure 2013

Publicité clickBoxBanner