Faits divers

Jean-Bernard avait disparu le jeudi 17 décembre. Un corps a été repêché mercredi matin.

Vers 10 h, mardi, un agent du Port de Bruxelles a constaté la présence d’un corps flottant dans le canal, à Laeken. Les pompiers ont ramené sur la berge le cadavre en état de décomposition avancé d’un jeune homme entièrement dévêtu.

La police s’est rendue au domicile de Jean-Bernard Dushime. Elle s’est procuré la dernière brosse à dents qu’utilisait cet étudiant de 1ère année à l’Université Saint-Louis à Bruxelles.

Les analyses ADN devront déterminer si le corps repêché mercredi à Laeken est celui de l’étudiant dont la famille avait signalé la disparition le 18 décembre.

Le corps repêché semble avoir en tout cas séjourné plus de quinze jours dans l’eau. Et c’est le corps d’un homme "entre 18 et 25 ans". Jean-Bernard Dushime avait 23 ans.

Un pur hasard a fait qu’au même moment, nous parlions au frère de Jean-Bernard pour qui le suicide était alors à exclure. Le cadavre repêché mercredi ne présentait aucun signe d’intervention d’un tiers et s’il était nu, il n’y avait ni lien ni entrave.

Quand il retrace la dernière journée de Jean-Bernard, son frère décrit une journée "normale".

Jean-Bernard, qu’on surnomme "JB", a quatre frères et sœurs. JB est en Sciences éco, en 1ère année d’ingénieur de gestion. Depuis le décès du papa, la maman subvient à ses études. Des études qu’il "prend au sérieux".

© DR

Le jeudi 17 décembre, JB le passe d’ailleurs à la Bibliothèque Royale Albertine. Journée classique de blocus à préparer la session d’examens de janvier. Jean-Bernard Dushime est rentré chez lui vers 22h après un crochet chez un ami. Son souper l’attend. Puis, il a regardé un film sur son ordi, Banlieue 13.

En Belgique depuis 15 ans, la famille d’origine rwandaise habite rue Fin, près du canal. On est jeudi 17 et il est minuit. C’est la dernière image qu’on a de Jean Bernard : il regarde Banlieue 13 Ultimatum.

JB est sorti dans la nuit. Il a enfilé sa veste et fermé la porte à double tour. Portefeuille, ordi, smartphone, il n’a rien pris. L’ordi est resté branché sur la télé. Il a laissé 120 € dans le portefeuille, sa carte d’identité et la carte de banque.

La famille, qui signala la disparition le jour même, se plaint d’un (apparent) peu de suivi : "Signalemnt, etc. On a tout dû faire tout seuls".

Et c’est mercredi, donc après dix-neuf jours, que la police se rendait pour la première fois à l’adresse pour saisir l’ordi et prendre la brosse à dents. Il n’y a pas eu d’avis officiel de disparition. Les réseaux sociaux ont par contre relayé largement la disparition, sans résultat aucun.

La copine de Jean-Bernard l’attendait le vendredi 18. JB n’est pas venu. Personne ne l’a en fait jamais revu, pas même au club de boxe qu’il fréquentait depuis peu.

C’était hier le 19e jour d’attente et d’angoisse pour toute une famille dont les derniers espoirs ne tiennent plus désormais que dans une simple brosse à dents.

© DR