Faits divers Le pénaliste O. Martins parvient à libérer trois personnes… parce qu’elles ne parlaient pas le néerlandais !

C’est justement pour sa réputation d’avocat procédurier que beaucoup d’enquêteurs redoutent Olivier Martins. Mais cela n’a pas dissuadé, ce mardi, un policier de Dilbeek d’auditionner en néerlandais un présumé trafiquant de stupéfiants alors que le pénaliste lui répétait qu’il n’en avait pas le droit.