Faits divers Des enquêteurs dénoncent une volonté de la PJF de ne pas collaborer avec la Sûreté après les attentats du 22 mars.

Il faut davantage de coopération entre la Sûreté de l’État et les services antiterroristes de la police fédérale. Voilà l’une des principales conclusions de la commission parlementaire belge mise en place après les attentats de Paris. Une recommandation faite suite au constat, par les membres de la commission, que des erreurs s’étaient produites dans la communication entre les deux services avant les attaques du 22 mars à Bruxelles et Zaventem.

On apprend aujourd’hui que les attentats commis en Belgique n’ont guère fait baisser les tensions entre la police judiciaire fédérale (PJF) et la Sûreté de l’État. Un mail, parvenu à nos confrères flamands de Het Laatste Nieuws , dont nous vous publions la copie ci-dessous, démontre une certaine volonté de ne pas tout partager.

(...)