Faits divers

Arrêtée avec 440 kilos de pétards interdits à bord de son véhicule, elle a aussitôt récidivé le lendemain !


STRASBOURG Une jeune femme, contrôlée lundi à Strasbourg avec 440 kilos de pétards interdits à bord de son véhicule, a aussitôt récidivé mardi en en rachetant pour près de 400 euros avant de se rendre à la convocation des policiers, a-t-on appris mercredi de source policière.

C'est à la faveur d'une opération de contrôle que les policiers sont tombés lundi sur l'imposante marchandise: 439,55 kilos de pièces d'artifices de type K2, conditionnées dans 159 paquets entreposés dans le coffre.

L'automobiliste, seule à bord du véhicule, avait acquis son stock outre-Rhin où la législation en matière de pétards et feux d'artifice est moins restrictive qu'en France.

Elle a écopé d'une amende douanière de 270 euros avant de se voir confisquer sa cargaison et d'être convoquée mardi au commissariat.

Au poste, les policiers ont alors remarqué qu'elle tentait de déchirer des petits bouts de papier blanc. Intrigués, ils sont parvenus à rassembler les morceaux qui étaient en fait des tickets de caisse datant du jour même et correspondant à de nouveaux achats de pétards pour un montant de 366 euros.

Selon la jeune femme, la marchandise était destinée au commerce qu'elle tient avec son mari à Strasbourg. La perquisition menée au magasin ainsi qu'au domicile du couple n'a pas permis de retrouver le stock en question.

Placée en garde à vue, elle devait être jugée en comparution immédiate mercredi devant le tribunal correctionnel de Strasbourg pour importation et détention de marchandise prohibée et transport sans motif légitime de substance incendiaire.

La jeune femme a toutefois obtenu le report de l'audience au 27 janvier et été placée sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre en Allemagne.

Les préfectures des deux départements alsaciens ont pris cette année un arrêté autorisant la vente des seuls artifices de type K1 (la classe la plus faible) et interdisant ceux de classe supérieure.

Cette interdiction est assortie d'un renforcement des opérations de contrôle à la frontière visant l'importation en France de pétards "illégaux", achetés principalement en Allemagne.

Chaque année, l'explosion de pétards et de fusées provoque des accidents corporels, essentiellement aux yeux et aux mains, selon la préfecture du Bas-Rhin.

© La Dernière Heure 2008