Faits divers "C’est de la prostitution forcée. Il y a de la traite des êtres humains. La police et le parquet ne sont pas suffisamment répressifs."

Selon un patron de club érotique, il s’organise "au moins 15 gang bangs chaque semaine sur Bruxelles, et probablement bien plus."

(...)