Faits divers Coup de tonnerre ce vendredi au tribunal correctionnel de Bruxelles. Irrecevabilité globale des poursuites car le dossier n'est pas en état.

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a déclaré, vendredi peu avant 13h00, les poursuites irrecevables dans le procès concernant l'Eglise de scientologie. Le Bureau européen des droits de l'homme de l'Eglise de scientologie internationale, l'Eglise de scientologie de Belgique et onze de ses membres devaient répondre entre autres de pratique illégale de la médecine, d'escroqueries et d'organisation criminelle. Ils sont désormais blanchis. Le tribunal a commencé par déterminer que l'Eglise de scientologie n'était ni une organisation criminelle ni une association de malfaiteurs. Il a aussi constaté que plusieurs faits, reprochés à certains membres et anciens membres de l'Eglise, étaient prescrits.

Le tribunal a ensuite déclaré qu'il avait estimé qu'au vu du dossier les poursuites étaient irrecevables. Pour argumenter cette décision, il a déclaré que le dossier qu'il avait reçu du parquet fédéral était un "dossier de cent-vingt cartons en vrac", incomplet, et il a évoqué une instruction "plus que floue".

Le tribunal a encore vivement critiqué le dossier en affirmant que le parquet fédéral avait visé à faire le procès d'une idéologie et que cela était intolérable. C'est ce que la défense avait en effet dénoncé à de nombreuses reprises durant les débats.

Le Bureau européen des droits de l'homme de l'Eglise de scientologie internationale, l'Eglise de scientologie de Belgique et onze de ses membres étaient poursuivis pour organisation criminelle, escroqueries, pratique illégale de la médecine et non-respect de la législation sur la protection de la vie privée, sur base d'une enquête de près de vingt ans débutée en 1997.

L'Eglise et deux de ses membres étaient également poursuivis pour faux suite à la publication, en 2007 et 2008, d'offres pour des emplois au sein de l'Eglise qui n'accordaient pas de salaire.