Faits divers

Pour l’actuel propriétaire des bandes de 1977, “personne ne peut affirmer si c’est Lou ou Plastic qui chante !”

BRUXELLES À l’époque PDG du label RKM, Roland Kluger (63 ans, aujourd’hui) sort pour la première fois du silence. En exclusivité pour La Dernière Heure, il choisit de partager son sentiment sur certains extraits issus du rapport d’expertise commandité par Mme Magerman, la juge chargée de l’affaire. “J’ai pris beaucoup de distance par rapport à tout ça. C’est dommage que tout le monde ne fasse pas de même!”, nous a confié, hier, Roland Kluger, très serein et presque indifférent à cette “vieille” affaire. “Est-ce que ça change quelque chose de savoir si c’est Plastic qui chante ou si c’est Lou ? Si le rapport d’expertise satisfait Lou, tant mieux !” Mais comme tout le monde, Roland Kluger doit bien avoir un avis sur la question, non ? “L’algorithme d’un succès n’est jamais aussi simple que le jugement d’un expert. Moi, je ne suis convaincu de rien parce que rien n’est jamais simple.”

Nous avons porté à la connaissance de Roland Kluger l’extrait de notre entretien avec Plastic Bertrand (publié ce mardi 27/07 dans La DH) dans lequel le chanteur nous avait expliqué qu’il avait été forcé de signer un contrat d’interprète à 0,5 %. “Plastic ne l’a jamais signé sous la contrainte. Il avait conscience de ce qu’il signait. Ensuite, il a encore resigné des contrats avec RKM pendant dix ans. Son contrat a évolué au fur et à mesure de son succès !”

En 1991, Roland Kluger a revendu ses catalogues musicaux à la société AMC, dirigée par Jean-Marie Sohie. Ce dernier s’interroge notamment sur la voix présente sur les bandes de 1977. “Si M. Deprijck a retiré la voix de Roger Jouret, pour quelle raison l’a-t-il fait ? Pour toucher des royalties, en prétextant que c’est sa voix ? M. Deprijck n’en a jamais réclamé depuis 1977. M. Deprijck a écrit la musique, il cherchait un interprète. Il a rencontré Roger Jouret qu’il a pris en photo et c’est le nom de Plastic Bertrand qui apparaît sur la pochette du disque. Dès le moment où le disque a commencé à bien fonctionner, M. Deprijck a dit : C’est moi qui chante ! M. Deprijck admet que Plastic a enregistré une version mais il dit qu’il ne l’a pas gardée. La voix sur les bandes de 1977 a été manifestement trafiquée. C’est probablement un mixage de la voix de Plastic avec celle de M. Deprijck. Autre hypothèse… Peut-être, est-ce Roland Kluger qui a modifié les bandes ? Ça pourrait être le cas… La voix du disque est une voix qui n’existe pas. C’est une voix mixée, travaillée en studio, puis accélérée. Personne ne peut affirmer que c’est l’un ou l’autre qui chante !”

Par ailleurs, Jean-Marie Sohie constate que “M. Deprijck ne veut pas se plier aux décisions de justice, en n’admettant pas que la justice a reconnu, juridiquement, Plastic Bertrand comme l’interprète de Ça plane pour moi. C’est une décision qui est coulée en force de chose jugée (NdlR : elle ne pourra jamais être remise en cause). Pour contredire M. Jouret, M. Deprijck n’a apporté aucune preuve que ce pourrait être lui qui chantait en 1977.”

Le rapport que nous nous sommes procuré et dont nous faisions échos dans nos éditions de ce lundi 26/10 et mardi 27/10, a été transmis aux avocats de BMR (défendant les droits de Lou Deprijck), aux avocats de AMC, ainsi qu’à Mme Magerman, qui ne tranchera pas sur la question de “qui de Lou ou Plastic chante en 1977” mais “Lou Deprijck a-t-il utilisé les bandes de 1977 de AMC pour réenregistrer le titre Ça plane pour moi en 2006 avec la mention Original Voice ?” Affaire à suivre…


© La Dernière Heure 2010