Faits divers La société de jeux (280 agences) était plusieurs fois condamnée depuis 9 mois sur la question du virtual.

Effective depuis le mardi 3 avril, la décision de Ladbrokes de suspendre/interrompre ses activités de jeu virtuel n’a pas été claironnée. Ladbrokes était le seul, depuis des années, à proposer à sa clientèle des paris sur des événements sportifs fictifs, principalement des matchs de football, dont le résultat est déterminé de façon totalement aléatoire par un logiciel.

Des jeux analysés comme des jeux de hasard plutôt que du pari sportif et, de ce fait, illégaux dans des agences de paris sportifs.

Après neuf mois, Ladbrokes se plie finalement à plusieurs décisions de justice qui lui ont donné tort et l’ont condamné à de lourdes amendes en cas de continuation, ce qui aurait été le cas entre juillet 2017 et avril 2018.

(...)