Faits divers

Le Belge Jerry Lipszyc, arrêté puis relâché en Italie la semaine dernière, conteste les faits d'escroquerie que lui reproche la justice costaricaine, soulignent lundi ses avocats à l'agence Belga.

Le Costa Rica a émis un mandat d'arrêt international à son encontre pour une escroquerie présumée de 23 millions de dollars.

Le week-end dernier, plusieurs médias italiens ainsi que SudPresse avaient rapporté l'arrestation du Belge dans un hôtel de Casale Monferrato, dans le Piémont en Italie, sur la base du mandat d'arrêt international délivré par le Costa Rica. Ses avocats confirment que Jerry Lipszyc a été arrêté le samedi 26 mai mais ajoutent qu'il a été libéré dès le lundi 28, "sans même avoir été préalablement entendu par les autorités judiciaires italiennes". Il s'agit d'une affaire qui remonte à plusieurs années, pour laquelle des instructions judiciaires sont toujours en cours, et leur client ne risque pas l'extradition vers le Costa Rica, précisent-ils.

Selon la presse italienne, l'homme est employé d'une agence immobilière basée en Suisse, qui s'occupe d'opérations dans le pays d'Amérique centrale. La justice costaricaine lui reproche d'avoir escroqué des investisseurs pour un montant total de 23 millions de dollars en leur proposant des investissements immobiliers qui n'existaient pas.

 Le Belge conteste toutefois ces accusations. "Jerry Lipszyc a toute confiance en la Justice et ne doute pas de l'issue favorable de cette affaire qui interviendra devant les cours et tribunaux", concluent ses avocats.