Faits divers

Les six Belges arrêtés récemment à Bruxelles et à Strasbourg ne préparaient pas seulement un braquage en France. Ils préparaient un braquage de grande envergure en Belgique, l’attaque d’un négoce d’or près de Brussels Airport, avec prise d’otage de la famille de l’homme toute la durée du tiger-kidnapping. Des kalachnikovs seraient utilisées.

Les quatre Belges arrêtés à Strasbourg sont Mohamed Hammoudane, Jean-Pierre Schweitzer, Abdelaziz Essahale - dont le neveu Hassan Essahale a été condamné en 2012 par les assises de Bruxelles à 20 ans de prison pour le meurtre en 2010 à Uccle de l’automobiliste Frédérique Lévêque, DH du 18 janvier - et Aziz Adhar, condamné à 8 ans en 2005 à Bruxelles pour l’attaque à l’explosif d’un fourgon blindé le 6 février 2003 à Vilvorde.

Les deux qui ont été arrêtés à Bruxelles pour organisation criminelle sont M. Maatoug et Nourdine Lemtouni.

C’est dans cette enquête que les polices et justices françaises et belges recherchent Hassan Maâche et Abderrahim Bekhti. Fiché au grand banditisme depuis les années 1980, Maâche a été libéré en 2007 après avoir passé 22 ans en prison pour des faits de hold-up de banques et transports de fonds.

Abderrahim Bekhti est le frère d’Abdelatif Bekhti condamné à 20 ans de prison au Grand-Duché pour un hold-up de 17 millions d’euros contre une centrale Brink’s, et à 30 ans au Maroc pour terrorisme avec le Belgo-Marocain Abdelkhader Belliraj.

Enfin, le parquet de Strasbourg évoquant un "collectif de neuf associés", le neuvième est un Anderlechtois connu de la justice, abondamment cité dans les dossiers répressifs en lien avec le quartier Lemmens.

Outre les armes et explosifs trouvés près de Strasbourg, la police a saisi de faux documents fabriqués à l’aide d’un matériel volé aux douanes et dans une administration communale bruxelloise.

La bande s’était procuré également du matériel de déguisement, perruques et masques de carnaval achetés au Palais des Cotillons, magasin honorablement connu à Bruxelles.

Interviennent des pénalistes tels Thibaut Colin, Didier De Quévy, Hamid El Abouti, Christophe Marchand, Olivier Martins, Sven Mary.

Un des suspects arrêté à Bruxelles, récemment sorti de prison, était libéré en conditionnelle et portait le bracelet électronique l’autorisant à quitter son domicile entre 8h01 et 11h59. Selon l’enquête, il mettait à profit ses matinées pour participer aux préparatifs de braquage.

Et manifester devant le… palais de justice de Bruxelles et y demander la libération d’Ali Aarrass.

Famille et proches de cet homme incarcéré au Maroc pour terrorisme sollicitent régulièrement la Belgique de veiller à ce qu’au moins ses droits humanitaires soient respectés dans ce pays. Un des suspects soupçonné de préparer un braquage imprimait des affiches pour Ali Aarrass.