Faits divers Un audit datant de 1999 pointait les manquements du commissariat de Molenbeek

MOLENBEEK Le vol d'armes et d'uniformes au commissariat de police de Molenbeek aurait-il pu être évité? A la lecture de l'audit réalisé en 1999, on serait tenté de répondre par l'affirmative. C'est en tout cas l'avis de Françoise Schepmans, chef de groupe MR-VLD siégeant dans l'opposition, qui n'a pas manqué d'interpeller le bourgmestre Philippe Moureaux hier soir en séance du conseil communal.

`Bien entendu, il appartient aux services de police de poursuivre leur travail d'enquête afin de trouver les responsables, mais il appert cependant que les locaux ne font l'objet d'aucune surveillance une fois passée l'heure de départ des fonctionnaires´, pointe Françoise Schepmans. `Les conclusions de l'audit laissent apparaître que les bâtiments communaux étaient insuffisamment sécurisés, tant vis-à-vis de l'incendie que des effractions. Et s'ils l'étaient, c'était avec du matériel inadapté, voire non agréé. Ce rapport mettait aussi clairement en exergue la nécessité de placer un contrôle d'accès entre la commune et le commissariat de police.´

Or, c'est précisément cette faille que les cambrioleurs ont exploitée. En matière de stockage d'armes également, l'audit stipulait que la commune de Molenbeek `était en infraction avec l'Arrêté royal relatif à la protection des commissariats de police´, et se devait `d'installer immédiatement une armoire forte avec casiers individuels dans le local réserve existant.´

Quantité de caméras et de moniteurs de surveillance n'étaient également pas conformes, voire simplement opérationnels. Une succession de manquements qui tend donc à prouver qu'une plus grande vigilance s'impose pour éviter qu'un nouveau vol ne survienne...

© La Dernière Heure 2002