Faits divers L’homme au chapeau avait nié ses liens avec l’État islamique jusqu’au jour où on lui a présenté une lettre écrite de sa main.

L’homme au chapeau a beaucoup parlé après son arrestation, le 8 avril 2016. Oui, il a accompagné en France les membres du commando des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, et oui, il s’est également rendu à Zaventem avec les kamikazes El Bakraoui et Laachraoui. Mais il n’avait pas été informé du plan, a-t-il insisté. Il était juste un jeune homme qui faisait ce qu’on lui demandait de faire. Il ne soutenait pas les thèses de l’État islamique. "Si les attentats se faisaient sur les hommes politiques (et les têtes pensantes des pays), je comprendrais les attentats, mais sur les populations, là, non, je ne suis pas d’accord", a-t-il expliqué.

(...)