Faits divers Il avait été condamné à 7 ans de prison pour le viol d’un bébé de 4 mois.

Le tribunal d’application des peines a décidé de permettre à Alex M. de bénéficier d’une remise en liberté conditionnelle. Cet ancien gardien de prison avait été reconnu coupable du viol d’un bébé de quatre mois.

Quatre ans après la condamnation, cet homme, qui avait été condamné par la cour d’appel de Liège à une peine de sept ans d’emprisonnement, quittera la prison le 16 octobre prochain. Il devra alors respecter des conditions strictes.

La famille de la victime est attristée par cette décision d’autant plus que ce n’était pas la première fois qu’Alex M. demandait sa remise en liberté.

"Ce jugement fait terriblement mal. Ce n’est pas seulement pour moi que j’ai mal. J’ai mal pour la société. C’est un pervers démoniaque qui sera en liberté dès le 16 octobre. C’est un drame humain", explique David C., le papa de la petite victime.

Ce dernier a dernièrement lancé une pétition pour que les personnes qui se rendent coupables de certains méfaits ne puissent plus bénéficier de telles remises de peine.

"Il faut que le politique donne un signal fort. Il faut que les peines pour les violeurs, les auteurs d’actes de terrorisme, les récidivistes soient incompressibles", plaide ce père de famille.

Reste que c’était en août 2011 que la police s’était rendue au domicile de David C. afin de l’informer que son petit garçon de quatre mois avait été victime d’une agression sexuelle. Outre Alex M., la grand-mère de l’enfant avait elle aussi pris part à l’agression sexuelle. Cette dernière avait donc été condamnée par le tribunal correctionnel de Huy à une peine de cinq ans de prison, avec sursis pour les deux cinquièmes de la peine.

Bref, même si, à ce stade de l’incarcération, une liberté conditionnelle n’a rien d’anormal, la famille de l’enfant est bouleversée par la décision que vient de rendre le tribunal d’application des peines.