Faits divers

Mamoudou Gassama, le jeune Malien sans-papiers devenu célèbre en sauvant la vie d'un enfant à Paris, a reçu mardi à la préfecture de Bobigny le récépissé régularisant sa situation, première étape avant d'obtenir la nationalité française promise par Emmanuel Macron, a constaté une journaliste de l'AFP.

Casquette et sweat noirs, jogging gris, le jeune homme de 22 ans, visiblement troublé par sa soudaine notoriété, a également signé mardi un contrat de 10 mois pour effectuer un service civique au sein de la Brigade des Sapeurs pompiers de Paris, a indiqué le préfet de Seine-Saint-Denis Pierre-André Durand.

Après avoir reçu le récépissé actant le dépôt de sa demande de titre de séjour, Mamoudou Gassama a quitté Bobigny sans s'exprimer face aux nombreuses caméras, à bord d'une voiture de pompiers.

"Il était ému, c'est bien normal", a commenté le préfet, saluant une nouvelle fois le geste de ce jeune sans-papiers reçu lundi à l'Elysée par Emmanuel Macron.

Mamoudou Gassama devrait recevoir d'ici un mois une carte de séjour de 10 ans avant d'être naturalisé français, d'ici trois mois environ.

Arrivé en France en septembre au terme d'une migration périlleuse, le jeune Malien avait escaladé samedi un immeuble parisien pour sauver un enfant de 4 ans suspendu au 4ème étage.

Son geste spectaculaire a été visionné des millions de fois sur les réseaux sociaux. "J'ai pensé à le sauver et Dieu merci, je l'ai sauvé", a-t-il résumé lundi.

L'enfant s'était retrouvé seul sur le balcon en l'absence de son père, qui sera jugé en septembre pour "soustraction des obligations parentales".

"Cela aurait pu arriver à d'autres personnes", estime la mamant de l'enfant

Interrogée lundi par Antenne Réunion, la mère de l'enfant, qui se trouvait sur l'île de l'océan Indien quand l'incident s'est déroulé, a estimé qu'il "aurait pu arriver bien pire, donc je suis soulagée aujourd'hui".

"Je ne justifie pas le geste de mon mari. Cela aurait pu arriver à d'autres personnes (...). Mon fils a eu de la chance", a-t-elle poursuivi, indiquant qu'elle dirait "merci" à M. Gassama.

Son acte de bravoure lui a valu d'être reçu lundi à l'Elysée par le président, qui lui a proposé d'être naturalisé français. "Vous êtes devenu un exemple, il est normal que la nation soit reconnaissante", a affirmé le chef de l'Etat.

Les associations d'aide aux migrants ont dénoncé lundi l'"hypocrisie" et la "récupération politique éhontée" de cette naturalisation, qui masque mal selon elles "la dureté de la politique" migratoire du gouvernement.

Un voisin: "L'enfant est tombé d'un étage avant de se rattraper au balcon"

Un voisin a assisté à la scène héroïque de Mamoudou Gassama à Paris. Il raconte avoir vu l'enfant tomber de son étage avant de se rattraper au balcon du niveau en-dessous.

« J’ai été réveillé par des hurlements dans la rue », explique le voisin au Parisien alors qu'il dormait tranquillement chez lui.

En sortant sur le balcon, toujours un peu endormi, il baisse alors la tête. C'est là qu'il aperçoit un petit garçon les pieds dans le vide, suspendu au niveau de l'appartement voisin.

"Je n'ai pas réalisé tout de suite, j'étais encore un peu dans les vapes", se souvient-il. Nouveau dans l'immeuble, le jeune homme de 28 ans ne connait pas l'enfant.

Impossible de remonter l'enfant

Le voisin s'est alors dépêché d'enfiler des baskets pour éviter de glisser sur le balcon. Ses chaussures au pied, il essaye d'attraper la main de l'enfant mais réalise, impuissant, qu'il n'arrive pas à le remonter: "Vu la configuration du balcon, je ne pouvais pas le hisser. Je ne voulais pas prendre le risque de lâcher sa main", explique-t-il alors que l'enfant pleurait.

Pendant ce temps, Mamoudou Gassama était en train d'escalader la façade: "il était tellement rapide!", se rappelle le jeune homme.

Légèrement blessé mais surtout choqué

Lorsque le Malien attrape et dépose l'enfant sur le balcon, le voisin observe, inquiet, les pieds du petit. « Le petit saignait à l’orteil, il avait un ongle arraché. Il portait des tongs Spider Man », ajoute-t-il avec un léger sourire.

En attendant l'arrivée de pompiers, le voisin propose au garçon et à son héros de quoi boire et manger: « Mamoudou était très fatigué, on n’a pas tellement communiqué. Il était encore sous le choc ». L'enfant n'a pas prononcé un mot non plus, même lors de l'arrivée des pompiers.

« J’espère revoir Mamoudou pour le féliciter de cet exploit, qu’on a accompli ensemble », a déclaré le voisin avant de regagner son appartement.