Faits divers

Très mignon, ce petit singe est proposé aux touristes sur les marchés du Maghreb

BRUXELLES Si vous passez vos vacances au Maroc ou en Algérie, il est fort possible qu’on vous propose, au détour d’un souk, d’acheter de jeunes macaques berbères, communément appelés magots. On pourrait se laisser tenter par ce mignon petit animal au regard espiègle, mais c’est pour le moins déconseillé.

“Ce n’est pas seulement illégal mais cela occasionne également des problèmes pratiques et par-dessus tout une menace pour la survie de l’espèce” avertit le Service Bien-être animal et CITES du SPF Santé publique. “Celui qui ramène un magot chez lui ou le commercialise s’expose à une forte amende et une peine de prison.”

Chaque printemps, des centaines de bébés magots sont capturés dans la nature pour être vendus aux touristes européens. Les conséquences sont pourtant dramatiques, car le petit singe est en voie d’extinction et protégé par la convention de la CITES.

En ramener un en Belgique peut coûter cher. Tout d’abord, il est tout simplement interdit en Belgique d’avoir un singe comme animal domestique. Conséquence : une amende de 26 à 250 euros et une peine de prison d’1 mois à 3 ans.

Ensuite et surtout, cet animal vulnérable est protégé. Son importation illégale est punie d’une amende de 25 000 à 50 000 euros et d’une peine de prison de 6 mois à 5 ans.

Ces dernières années, des dizaines de magots ont été recueillis en Belgique dans des refuges spécialisés. Très souvent, les propriétaires se rendent compte qu’ils ne peuvent plus s’en occuper. L’adorable bébé singe grandit et se transforme en un adulte agressif qui casse tout dans la maison et agresse parfois son maître. De plus, ces singes sont parfois porteurs de maladies.

Il y a sans doute mieux comme souvenir de vacances…



© La Dernière Heure 2010