Faits divers

La directrice-gérante Nancy Soyeur renvoyée

DOUR Pratiquement un mois jour pour jour après son arrivée comme commissaire spécial du gouvernement wallon au Logis Dourois, Philippe Barras vient de frapper un grand coup. Il a signifié hier matin son renvoi à la directrice-gérante, Nancy Soyeur, une conseillère communale réélue.

M. Barras a justifié très sommairement sa décision, prise sans l'aval du ministre Antoine, comme son statut lui permet de le faire. "Je ne peux que confirmer la décision que j'ai prise de renvoyer Madame Soyeur. Elle a malheureusement posé un acte qui ne permet plus de continuer notre collaboration en toute confiance. Elle a fait quelque chose qu'elle ne pouvait faire et même si c'est toujours dommage d'en arriver là, j'ai dû mettre fin à notre collaboration."

On reprocherait à la directrice-gérante une falsification d'un document administratif (son contrat de travail) il y a environ une semaine. Le bruit court aussi qu'elle aurait déjà reçu un avertissement il y a quelques jours après avoir réuni les ouvriers du Logis Dourois dans le dos du commissaire spécial.

Ce à quoi l'intéressée répond par la négative. "Je n'ai pas peur de dire qu'il s'agit d'une cabale politique, explique-t-elle. On sait que M. Di Antonio, le bourgmestre, et le commissaire spécial ont des contacts fréquents et on a profité d'une occasion pour commencer le nettoyage. J'ai refusé de signer des contrats de travail sans avoir l'aval de M. Barras et on me licencie parce que je ne les ai pas signés."

On peut le constater, les deux versions divergent sensiblement mais ce qui semble acquis, c'est que la lumière sera faite sur cette affaire. La licenciée a en effet décidé de porter l'affaire devant les tribunaux pour licenciement abusif. Quant au commissaire spécial, il affirme qu'il ne demandera pas de sanctions judiciaires pour les faits reprochés à Nancy Soyeur mais le tribunal du travail, s'il se saisit de l'affaire, pourrait, lui, entamer des poursuites.



© La Dernière Heure 2007