Faits divers Son meurtrier présumé, qui l’aurait filmée agonisante, a échoué au détecteur de mensonges.

L’étau se resserre de plus en plus sur Alexandru Caliniuc, le Roumain extradé de son pays natal à la mi-juillet pour le meurtre de Sofie Muylle, la jeune Roularienne de 27 ans retrouvée morte près de la digue à Knokke le dimanche 22 janvier dernier.

Soumis, à sa demande, au polygraphe - le fameux détecteur de mensonges - le jeune Roumain a échoué au test qu’il a passé vendredi dans les locaux de la police fédérale à Bruxelles. Et, au fur et à mesure que l’enquête progresse, l’affaire prend un tour de plus en plus pénible.

Les policiers, qui avaient saisi le téléphone d’Alexandru Caliniuc, ont ainsi, comme le révélait samedi Het Nieuwsblad, découvert des vidéos et des photos de Sofie Muylle agonisante sur la plage.

Son meurtrier présumé - qui continue à nier toute implication dans la mort et le viol de Sofie Muylle - a pris des selfies où on le voit avec sa victime, déjà morte ou agonisante.

La mort de Sofie Muylle est restée une énigme pendant de longs mois. Lorsque son cadavre est retrouvé le 22 janvier, les pistes ne sont pas nombreuses. Tout au plus les policiers savent-ils qu’elle a voulu se rendre avec son ami au club situé dans le casino de Knokke peu avant 5 h. Il fermait. Le couple s’est rabattu sur le piano-bar KZ, seul établissement proche ouvert à une heure si tardive.

Sofie Muylle a dit qu’elle voulait prendre l’air. Elle est sortie. Son ami l’a attendue. Il est sorti, ne l’a pas trouvée et a patienté jusqu’à la fermeture du bar. Il a signalé sa disparition à la police locale.

A 12 h 30, le cadavre de Sofie Muylle est découvert sous la terrasse du P’tit Bedon, un restaurant à 1.500 mètres du piano-bar KZ.

L’autopsie a montré qu’elle avait été étranglée et que son corps y avait été traîné au départ de la plage. L’ami de Sofie a été soupçonné. On n’a pas retrouvé de sable sur ses chaussures. Les caméras de surveillance ont montré Sofie seule dehors.

Les enquêteurs ont passé en revue les images de toutes les caméras installées entre le piano-bar KZ et le P’tit Bedon. Un mois plus tard, ils ont fait appel au public. Des vidéos ont été diffusées dans le cadre d‘une émission télé d’avis de recherche.

Ces images montraient un mystérieux homme à la veste bleue, qui sera reconnu par un policier local, qui s’est rappelé être intervenu quelques mois plus tôt à l’appel du propriétaire d’un studio, mécontent, car le Roumain à qui il avait loué son bien le partageait avec des compatriotes.

C’était l’homme à la veste bleue : Alexandru Caliniuc, arrivé en 2015 en Belgique pour de petits boulots dans la construction et rentré en Roumanie quelques semaines après la mort de Sofie Muylle.