Faits divers

Sept suspects dont un directeur d’hôtel arrêtés au Ghana

ACCRA Le château de Fy sur l’éperon rocheux d’Esneux appartient depuis plusieurs années à un riche homme d’affaires néerlandais, Arthur Paes, qui a obtenu 1.351.000 euros de subsides de la Région wallonne pour aider à sa rénovation.

Arthur Paes est connu à Esneux pour avoir eu le projet, “définitivement abandonné ” confiait-il hier, d’y élever un crocodile domestiqué appelé Ben importé du Ghana.

Le milliardaire possède des intérêts au Ghana. On apprend que le châtelain d’Esneux a échappé au Ghana à un projet d’attentat impliquant notamment un Européen directeur d’hôtel. Paes est le propriétaire du Royal Beach d’Accra.

Au cours de l’été, le milliardaire a dû y licencier plusieurs membres du personnel qu’il soupçonnait de malversations. Des employés ont conçu le projet de se débarrasser de lui.

Dans le premier plan, qui a échoué, Arthur Paes devait être exécuté par arme à feu. Par la suite, le projet était de l’empoisonner.

Nous avons contacté Arthur Paes qui se trouvait hier à Esneux, dans son château dominant l’Ourthe. Le milliardaire confirme sans donner d’autre commentaire. “Pour l’instant, je ne puis rien dire, mais rappelez-moi dans trois semaines…”

L’Européen – qui dirige le Royal Beach à Accra – nie… mais figure bien parmi les suspects. Apparemment, la police ghanéenne a pu se procurer des enregistrements compromettants.

Parti de rien – à 10 ans, le petit Arthur se faisait de l’argent de poche en lavant les voitures sur les parkings –, ce fils de mineur s’est fait tout seul. L’homme d’affaires de 50 ans a commencé par vendre des vélos, puis des mobylettes, des voitures, de l’immobilier, et la fortune est venue.

Paes est très présent au Ghana, proche du président John Atta Mills. Le châtelain d’Esneux exerce au Ghana le titre officiel de roi du Somey, un ancien royaume dont les 320.000 sujets l’appellent “His Royal Highness Dueno Togbul Kofi Arthur Paes”.

Son prestige a encore augmenté quand l’homme d’affaires y a ramené en 2009 la tête, conservée par un musée hollandais dans un bocal de formol, d’un roi mort en 1838, Badu Bonsu II. La relique eut droit, 171 ans après, à des cérémonies officielles.

Son château d’Esneux (et sa tour assez rococo) serait celui dont Disney se serait inspiré pour La Belle au Bois Dormant .



© La Dernière Heure 2011