Faits divers Il y a quatre ans, la députée PS montait au créneau pour réfuter les amalgames : elle avait raison.

Fin 2014, des médias révélaient le démantèlement sur Bruxelles d’un gros trafic de drogue avec l’arrestation de cinq suspects. Le plus âgé, présenté comme le cerveau, émoustillait les imaginations, s’agissant de Mohammed Ben Hamou dont la fille venait alors d’être élue députée fédérale sur la liste PS en réalisant un score de voix canon.

La parlementaire, très vite, précisait que l’affaire présumée non seulement concernait son père et pas elle, et qu’elle s’indignait de lire qu’elle aurait usé de son influence pour tenter d’étouffer l’affaire. Ce que la députée écrivait déjà le 20 décembre 2014 reste exact. Rigoureusement et parfaitement exact.

Selon les premiers éléments obtenus par les enquêteurs, le trafic présumé portait sur "l’importation de très grosses quantités de haschich, de plusieurs centaines de kilos à une tonne".

Quatre ans après, l’affaire est dégonflée.

(...)