Le plan de sécurité de la côte belge

Gilbert Dupont Publié le - Mis à jour le

Faits divers Des premières patrouilles de police franco-belges...

COXYDE Grande première belge ce week-end entre Nieuport et La Panne: les déjà nombreux touristes en vacances - exemple - à Coxyde ont pu, en effet, croiser dans un véhicule de police belge deux policiers belges et un collègue français en uniforme de la police nationale. Et ce sera désormais comme ça tous les vendredis soirs. Ce policier français est armé. Il pourra intervenir à Saint-Idesbald exactement comme un policier belge. L'an passé, 80 des 270 soit 29,6 % des suspects interpellés sur ce versant de littoral belge étaient des Français de Dunkerke et des banlieues de Lille, Tourcoing et Roubaix. Ça n'a l'air de rien mais il a fallu des prouesses pour parvenir à mettre un flic français dans une voiture de police belge. Régler les problèmes de port d'armes - seul Antoine Duquesne a fait le nécessaire, pas Sarkozy. Et de langue: la France ne compte en effet qu'un seul gendarme néerlandophone...

Du coup, la nuit de vendredi à samedi passé, des policiers (néerlandophones) de Coxyde ont patrouillé avec un policier français francophone. Evidemment, les policiers de Coxyde font déjà le nécessaire pour obtenir la prime de bilinguisme.

Ces patrouilles franco-belges, c'est pas de l'amusement. Nico Paelinck, chef de la zone de police Côte Ouest, les réserve à l'anti-banditisme. Le but, c'est d'exploiter au mieux les compétences du policier français - un spécialiste de la criminalité des banlieues - pour tous ces petits voyous français qui depuis des années passent la frontière le week-end pour voler, attaquer, crever les pneus et chercher la bagarre. Conviction déclarée du commissaire en chef Nico Paelinck: l'été sera chaud à la mer! Un mauvais signe: «Depuis début juin, nous avons identifié sur le littoral belge plusieurs véhicules de gens connus pour vols et coups et blessures...»

Alors, la police de la zone Côte Ouest fourbit ses armes: trente véhicules neufs et un équipement unique en Belgique. Et un dispositif estival impressionnant. Pour la première fois et grâce aux ministres Flahaut et Duquesne, les hélicos de Coxyde - les fameux Seaking de la 40e Escadrille - seront aussi utilisés à des fins policières et non plus seulement de sauvetage en mer.

Avant, la police de Coxyde devait faire venir de Bruxelles (Melsbroek) un hélico de la police fédérale. Maintenant, les Seaking décollent de Coxyde, quasi sous leur nez.

Leur priorité en cas de fait grave: verrouiller la frontière pour empêcher les truands français de rentrer en France.

Et ça marche: notre littoral vient de connaître son premier (et jusqu'à présent seul) car-jacking, l'Audi S 8 d'un Bruxellois à Saint-Idesbald. On a fait décoller un Seaking et bloquer tous les accès à l'autoroute... et l'Audi a été interceptée avant que les car-jackers n'aient pu passer la frontière qui n'est qu'à 5 km...

10.000 serrures vérifiées une par une

COXYDE Nico Paelinck est un de ces flics qui n'aime pas qu'une journée s'achève sans qu'il ait trouvé une nouvelle idée. C'est sa Zone de Police - tout le côté plutôt francophone du littoral belge - qui réalise un projet unique - encore un! - en Belgique: ses policiers ont entrepris ni plus ni moins de vérifier une à une toutes les serrures de toutes les villas, maisons et appartement soit environ 10.000 de La Panne à Nieuport.

De deux choses l'une: si la serrure n'est pas fiable, l'agent dépose une carte rouge et propose à l'occupant de faire inspecter l'habitation par un spécialiste, de vérifier par où les cambrioleurs pourraient s'introduire. Au cas où la serrure est de qualité, le policier remet un carton vert... mais propose malgré tout un passage préventif (gratuit). Résultat: les cambrioleurs se cassent les dents et ne parviennent plus à s'introduire dans les habitations.

La police de la Côte Ouest nous montre ses derniers chiffres: les tentatives ratées de cambriolage ont carrément doublé!

Un Child Focus pour parents perdus

COXYDE Ce week-end, le commissaire Johan Geraert était l'officier de garde pour tout Coxyde, La Panne et Nieuport. C'était le premier week-end de l'été 2003. Pour la première fois aussi, des sauveteurs étaient à pied d'oeuvre sur ces plages. La police de la Zone Côte Ouest a renoué, comme les étés précédents, avec les problèmes classiques d'enfants qui s'éloignent des parents, perdent les repères et finalement se perdent...

Quatre affaires de gosses égarés le seul samedi après-midi. «En fait, explique le policier, on a de moins en moins de parents qui s'inquiètent de ne plus retrouver des enfants... que le contraire! Des adultes sur les plages croisent des enfants qui pleurent... et nous voilà obligés de rechercher les parents. Et c'est pas mieux. Ça nous prend plus de temps. Samedi, dans deux cas d'enfants de 3 et 5 ans, nous avons passé chaque fois trois heures à localiser des parents qui bronzaient et ne pensaient plus qu'à ça. En plus, le pire, pour nous, c'est quand ils eng... les gosses qu'ils n'ont pas su surveiller...»


Gilbert Dupont