Faits divers Arrêté à Saint-Josse, Pascal Cruypenninck a envoyé la kamikaze belge en Irak. Sa propre mère ne l'avait plus reconnu!

BRUXELLES Pour envoyer des kamikazes belges en Irak, un Belge: Pascal Cruypenninck, 33 ans, de Saint-Josse. Aide cuisinier au chômage. Converti depuis trois ans à l'islam. Avec les Schaerbeekois Bilal Soughir et Nabil Karmun, Cruypenninck est le recruteur du réseau belge soupçonné d'avoir envoyé Muriel Degauque et son compagnon belgo-marocain de Saint-Gilles, Issam Goris, se faire exploser en Irak.

Nous avons retrouvé la famille Cruypenninck et ses voisins rue Vanderhoeven à Saint-Josse. S'il n'avait pas fait le rapprochement, Mustapha savait que Pascal s'était converti et depuis lors fréquentait la mosquée du Cinquantenaire et celle de la rue de la Limite. Mais jamais Mustapha n'aurait pensé que son gentil voisin du dernier étage recrutait des candidats bombes humaines.

Cruypenninck provient de Morlanwelz. Milieu modeste, parents divorcés, enfant rebelle. Un trajet assez proche, en définitive, de celui de la kamikaze belge qu'il a envoyée à la mort. Sa mère, Anne-Marie, décrit un enfant battu par son père. Pascal a séjourné dans des homes. Il a fait de la prison. C'est plus récemment que Cruypenninck s'installe à Bruxelles et cherche un boulot d'aide cuisinier. Il rencontre une dame africaine et se met en ménage.Deux enfants naissent. L'aîné a 5 ans à peine. Le couple divorce. D'échecs en désillusions, Pascal se convertit à l'islam dur. Sa mère: «La dernière fois que Pascal est venu ici, c'est pour essayer d'entraîner son frère et le convertir à l'islam. Même son frère».

Anne-Marie n'a jamais imaginé que son fils faisait la même chose à Bruxelles: recruter des candidats au suicide: Issam Goris, rue de Merode, à Saint-Gilles, sa compagne de 38 ans, Murielle Degauque, et au moins une autre femme, Angélique, une Africaine de 18 ans qui a bien failli elle aussi se retrouver bombe humaine en Irak. Interpellée mardi matin à Tongres, Angélique n'a été relâchée qu'à la condition de ne plus se laisser tenter. Guerre sainte oblige? Pascal Cruypenninck devient barbu. Et roule en Mercedes. Sa mère: «Il avait tellement changé que je ne l'ai pas reconnu. Pour moi, il ressemblait à ben Laden». Bien fini le look de premier communiant qu'il a sur la photo qu'Anne-Marie nous sort de l'album familial!

Un Belge recruteur. Une Belge kamikaze en Irak. Et un Belge de Saint-Gilles tué en Irak le 9 novembre par les Américains: Issam Goris. Selon notre enquête, les mêmes blessures d'enfance. Le père d'Issam, Ghislain Goris, les abandonne, sa mère et lui, pour s'installer en Afrique, en Guinée, et éviter ainsi de payer une pension alimentaire à la maman, Fatima, bien obligée de se débrouiller seule. Murielle, Angélique, Issam, Cruypenninck, et voilà comment chez nous on fabrique des rebelles prêts à mourir en martyrs.

© La Dernière Heure 2005