Le retour du cochon en prison

N. Ben. Publié le - Mis à jour le

Faits divers

Pour le député Denis Ducarme, le porc et la liberté religieuse doivent refaire leur apparition dans toutes les prisons

BRUXELLES Si certains établissements pénitentiaires du pays ont choisi de maintenir le porc au menu et d’adapter les assiettes de ceux qui n’en mangent pas, dans d’autres prisons en revanche, dont celle de Forest, on a décidé il y a quelque temps déjà, de bannir tout simplement le cochon des cuisines.

Et cela par souci de simplicité. À Forest par exemple, 80 % des détenus ne veulent être nourri que de repas halal. Pour ne pas devoir revoir toute l’infrastructure des cuisines, la viande halal ne pouvant être préparée au même endroit que les côtelettes de porc par exemple, on a choisi de ne servir que des repas halal.

De quoi susciter le mécontentement de certains détenus désireux d’une tartine au jambon ou autre.

Si en Belgique, aucune plainte officielle n’a jamais été déposée à ce sujet, aux Pays-Bas par contre, un détenu avait gagné son procès contre la prison qui lui imposait un régime alimentaire musulman.

Et chez nous, faut-il instaurer le retour du cochon en prison ?

Le député libéral Denis Ducarme estime que le porc doit réintégrer les assiettes de tous les établissements pénitentiaires au même titre que “la liberté religieuse dans nos prisons doit êgalement être rétablie”.

“De nombreux détenus d’origine étrangère subissent une pression énorme en prison par des islamistes qui pratiquent du prosélytisme dans nos prisons. À côté de cela, des clans anti-halal se forment aussi. On en arrive quasi à la situation des prisons américaines avec la guerre des clans. Il est temps que la liberté de choix puisse être garantie aux détenus. Et cela passe aussi par le retour du porc dans les assiettes de ceux qui ne veulent pas manger halal parce qu’ils ne sont pas de confession musulmane”, précise le député qui organise ce mercredi dès 18 h 30 un “afterwork” au siège du MR sous la thématique “la religion dans nos prisons”.

Un débat ouvert à tous auquel assisteront notamment plusieurs membres du personnel de différentes prisons du pays ainsi que le chercher français Mohamed Sifaoui, auteur de plusieurs ouvrages consacrés à l’Islam.

“Dès la semaine prochaine j’introduis une nouvelle proposition de résolution sur le droit à la liberté de religion de chaque détenu. Pour que cesse enfin ce prosélytisme islamique grandissant dans nos prisons”.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner