Faits divers Le bilan est lourd: au moins 18 morts

MOSCOU L’effondrement du toit d’un marché de Moscou jeudi à l’aube a fait au moins 18 morts et 24 blessés, et des dizaines de personnes resteraient prisonnières des décombres dans ce bâtiment conçu par le même architecte que le parc aquatique Transvaal, détruit lors d’un incident similaire en février 2004.

Ce bilan provisoire a été donné par les sauveteurs sur place.
Selon ces derniers, «des dizaines» de personnes pourraient se trouver encore sous les décombres. Certains commerçants ont estimé à une quarantaine le nombre de personnes présentes au moment de l’accident.

L’effondrement du toit s’est produit à 05h20 (02h20 GMT), à une heure où le marché de quelque 2.000 m2 n’était pas encore ouvert aux clients.

Les victimes sont essentiellement des commerçants et des employés qui préparaient l’ouverture du marché. Le toit du marché Baumansky, à l’est du centre de Moscou, s’est vraisemblablement effondré en raison d’importantes chutes de neige enregistrées ces derniers jours.

Le maire de Moscou Iouri Loujkov a déclaré sur les lieux de l’accident que l’hypothèse d’un acte terroriste était exclue. De telles hypothèses viennent spontanément à l’esprit en Russie où des explosions dans des immeubles d’habitation, attribuées ensuite aux séparatistes tchétchènes, avaient fait des centaines de morts en 1999.

D’après des témoignages rapportés par les radios et les télévisions russes, plusieurs personnes prisonnières des ruines ont pu appeler les secours ou leurs proches avec leur téléphone portable.

Selon ces appels, le sol du bâtiment et notamment les caves, seraient envahis par l’eau.
Les équipes de secours, aidées par des chiens qui ont identifié plusieurs endroits où se trouvaient des survivants, avancent prudemment, dégageant les décombres à la main, sans recours aux machines, pour éviter de provoquer l’effondrement de pans de mur encore debout, ont indiqué les sauveteurs.

Le bâtiment du marché a été conçu par l’architecte Nodar Kantcheli, le même qui avait dessiné le parc aquatique Transvaal, dont l’effondrement de la coupole il y a deux ans avait fait 28 morts à Moscou.
Il est poursuivi en justice pour «négligence ayant entraîné la mort de plusieurs personnes», mais son procès traîne depuis près d’un an et a été récemment ajourné pour complément d’enquête.

Interrogé jeudi matin par l’agence Ria Novosti, M. Kantcheli a déclaré que l’accident était probablement dû à une «exploitation incorrecte» du bâtiment.
Il a notamment souligné que plusieurs points de vente avaient été installés sur une sorte de mezzanine accrochée au côté intérieur du toit. «La construction du toit n’était pas prévue pour cela», a-t-il dit, tout en ajoutant que la neige qui n’avait pas été enlevée du toit pouvait également avoir joué un rôle.
Le marché avait été mis en service en 1975.

De son côté, le procureur de Moscou Anatoli Zouev, arrivé sur les lieux, a indiqué qu’il comptait enquêter sur trois hypothèses: une exploitation impropre du bâtiment, effondrement sous le poids de la neige et défaut de construction inscrit dans le projet du marché, a rapporté Interfax.

Le toit du marché, de 80 mètres de diamètre, était d’une conception originale, n’étant soutenu par aucun pilier à l’intérieur. Cette coquille relativement légère en béton armé, en partie concave, était fixée par des haubans.
Cet accident s’ajoute à une série de drames du même type ces dernières semaines en Europe.
Le 28 janvier, 65 personnes avaient trouvé la mort à Chorzow en Pologne dans l’effondrement d’un hall d’expositions, au toit chargé de neige, qui accueillait une réunion internationale de colombophiles.
Le 2 janvier, le toit d’une patinoire avait déjà cédé sous le poids de la neige à Bad Reichenhall, dans le sud de l’Allemagne, tuant quinze personnes.