Faits divers

À l’approche du procès du jeune soupçonné d’avoir tué sa famille, son oncle nous livre ses impressions

BRUXELLES Le procès de Léopold Storme approche. C’est en principe à partir du 3 mai prochain que le jeune homme de 22 ans sera jugé devant la cour d’assises de Bruxelles pour les meurtres de ses parents François-Xavier Storme (48 ans) et Caroline Van Ooste (48 ans) et de sa sœur, Carlouchka (22 ans).

Les trois ont été retrouvés tués de plusieurs coups de couteau dans le magasin familial du quartier des Marolles, le 16 juin 2007. Ce jour-là, Léopold Storme restait introuvable. Ce n’est que le surlendemain qu’il fut interpellé. Il avait d’abord déclaré avoir pris le train en direction de la côte belge le jour des faits, avant de revenir sur ses déclarations.

Incarcéré à la prison de Forest depuis lors, Léopold Storme clame toujours son innocence et affirme que ce sont deux hommes qui ont commis les faits. Depuis le début, son oncle, Vincent Storme, le soutient.

À l’approche du procès, nous lui avons demandé comment il réagirait s’il s’avère devant la cour d’assises que son neveu est coupable. “Je serai terriblement déçu et j’arrêterai alors de le soutenir. Bien sûr, j’ai eu des moments de doute sur son innocence, parce qu’il a menti au début, il s’est enfoncé avec certaines de ses déclarations. Mais j’ai demandé à le voir en visite hors surveillance à la prison de Forest. Je lui ai dit qu’il me devait la vérité. Je lui ai demandé des explications sur certaines zones d’ombre qui subsistaient. Il me les a données”, affirme Vincent Storme, précisant ne pas être du genre à mentir pour sauver sa famille. “Je n’ai aucun intérêt à mentir pour le protéger. C’est des meurtres de mon frère, de ma belle-sœur et de ma nièce qu’il s’agit. Je ne l’aurais pas soutenu de cette façon si je savais que c’était lui le meurtrier, mais je crois en son innocence.”

Depuis plus de deux ans, l’homme qui jamais ne s’était imaginé avoir à fréquenter une prison rend visite tous les week-ends à son neveu. Et pour lui c’est une certitude, Léopold Storme n’est pas schizophrène. “Heureusement que nous avons demandé un nouveau rapport psychiatrique, sinon il serait déjà interné pendant que les deux autres courent toujours dans la nature”, poursuit l’oncle de Léopold.

Rappelons ici que des traces ADN d’un étranger à la famille ont été retrouvées sur place, mêlées au sang du père de Léopold.

Quant à Léopold Storme, il va bien, nous affirme son oncle. Le jeune détenu en préventive vient d’achever sa session d’examens en seconde année de sciences économiques à l’ULB.

En prison, il passe son temps à étudier, à répondre aux nombreux courriers de soutien qu’il reçoit et à travailler, aussi. Il a pu obtenir le rôle de servant dans l’aile où il occupe une cellule individuelle qu’il a entièrement décorée, telle une chambre à coucher d’adolescent, avec notamment des photos de ses parents et de sa sœur au mur.

Léopold Storme ne craint pas son procès. Quels projets envisage-t-il (études,…) après une condamnation ou un acquittement ? Il préfère ne pas y penser pour l’instant, conclut son oncle.



© La Dernière Heure 2010