Faits divers

L’accès à la profession sera également beaucoup plus strict. Voici tous les détails du plan de Jan Jambon.

En primeur, la DH est en mesure de vous dévoiler les détails du plan que Jan Jambon présentera ce samedi à l’ensemble de la presse sur le secteur du gardiennage.

La nouvelle loi en la matière a été approuvée ce vendredi au conseil des ministres. Elle prévoit toute une série de changements pour les agents de sécurité.

À commencer par la formation de ces agents. Elle sera beaucoup plus contrôlée et rigoureuse. L’accès à la profession sera bien plus strict. Les sociétés de gardiennage devront se montrer plus sélectives avec leurs candidats. Du moins avec les recrues qui seront amenées à effectuer les nouvelles missions que le gouvernement a décidé de leur confier. Et elles sont importantes. Selon nos informations, les agents de sécurité pourront désormais vous fouiller et même contrôler votre identité !

Jusqu’ici, les contrôles, à l’entrée d’un magasin ou d’une salle de spectacle par exemple, n’étaient pas obligatoires. On pouvait refuser de s’y soumettre et surtout, ces contrôles ne pouvaient se réaliser de manière systématique, sur chaque client.

Désormais, les agents pourront procéder à des palpations superficielles et fouiller vos sacs.

Des fouilles qui devront néanmoins se justifier par la présence d’une menace potentielle lors d’un événement ou encore lorsque le niveau de la menace le justifie pour l’entrée dans les grandes surfaces par exemple.

Ces agents pourront donc empêcher l’accès aux personnes à certains lieux. Et ce n’est pas tout. Ils auront également la possibilité de contrôler votre identité. Pas question, ici non plus, de leur donner ce pouvoir dans toutes les situations. Cela dépendra encore une fois du niveau de la menace lié à un événement ou au contexte terroriste.

Autre volet important de la réforme : celui de l’armement de ces agents de sécurité. Ils pourront être armés dans des domaines militaires, au Parlement européen, ainsi que dans les ambassades.

L’ensemble de ces changements devraient être accueillis favorablement par le secteur du gardiennage qui réclament depuis des années davantage de pouvoir.

Dès son arrivée au cabinet de l’Intérieur, Jan Jambon avait exprimé son souhait de voir les missions de ces agents s’étendre, afin de permettre à la police de se concentrer sur ses tâches essentielles.

Ce pouvoir supplémentaire accordé aux agents ne sera pas accordé sans conditions. Le gouvernement compte bien veiller, par des contrôles, à ce que le secteur respecte des règles strictes d’engagement et de formation.