Faits divers La famille de la victime ne comprend pas la décision du tribunal.

Les trois jeunes hommes qui avaient agressé violemment un sans-abri dans le centre de Bruxelles en décembre 2014, dont les images avaient fait le tour des médias, ont évité un renvoi aux assises.

Le ministère public et la partie civile avaient en effet demandé une requalification des faits en meurtre. Une telle requalification aurait conduit le tribunal à renvoyer l’affaire aux assises, dont la compétence à juger les crimes les plus graves a été revalorisée depuis janvier dernier.

Les trois juges de la 54e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles n’ont pas suivi cette thèse et ont reconnu les trois prévenus coupables de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Gaëtano R. et Yassine B., âgés de 25 ans, écopent de 4 ans de prison avec sursis et le troisième, Gil V.E., écope lui de 40 mois de prison avec sursis.

Des peines incompréhensibles pour la famille de la victime, Gaëtan Lulendo Kongolo, décédé d’une manière extrêmement violente alors qu’il était dans une situation très précaire. "40 mois de prison pour avoir tué ? C’est ça la justice ? On tue et on repart libre ? Comment je vais pouvoir expliquer cela à mon autre fils qui n’a pas osé venir à l’audience aujourd’hui", s’est exprimée la tante de Gaëtan Lulendo Kongolo, qui l’avait adopté alors qu’il était enfant. "Je suis infirmière à l’hôpital Érasme, là même où mon fils a été transporté dans un état critique après les faits. On ne tient même pas compte de cela", s’est-elle offusquée avant de fondre en larmes.

Le conseil de la partie civile, Me Cédric Moisse, devait s’entretenir avec ses clients en vue d’un appel. "Je suis a priori en effet plutôt étonné d’une telle décision. Ce que j’ai entendu dans la motivation du jugement; l’acharnement, l’acceptation du risque de causer la mort… me paraissent définir une intention homicide", déclarait l’avocat à l’issue de l’audience.

Et si la sentence clémente choque les proches de la victime, c’est que les faits ont été d’une violence extrême. Les trois prévenus, ivres, avaient asséné, sans raison, des coups de poing et de pied dans la tête de Gaëtan Lulendo Kongolo alors qu’il mendiait devant le Casino Star, boulevard Anspach à Bruxelles, le 6 décembre 2014 vers 5h du matin. Ce dernier, âgé de 32 ans, était décédé quelques jours plus tard des suites de graves lésions cérébrales.