Faits divers L’an dernier, le nombre d’avis de contravention envoyés hors des frontières de l’Hexagone a connu un bond de 8,2 %.

D’après le journal français Vosges Matin, les automobilistes étrangers flashés sur les routes françaises représentent désormais près d’un cinquième de ceux faisant l’objet d’un P.-V. pour excès de vitesse. Une proportion importante due à une coopération accrue entre les états européens.

Selon le bilan 2017 des contrôles de vitesse automatiques dévoilé jeudi par le gouvernement français, les automobilistes étrangers sont, en effet, loin d’être épargnés…

Le nombre d’avis de contravention envoyés hors des frontières de l’Hexagone a en effet connu l’an passé un bond de 8,2 % par rapport à 2016, atteignant la barre des 3 millions.

Du coup, l’étranger représente désormais 17,6 % de la totalité des avis de contravention établis ! Et les Belges arrivent en tête.

Suivent les Espagnols avec 452.191 avis de contravention et les Allemands avec 378.780.

Si les habitants des pays frontaliers, comme les Belges ou encore les Espagnols occupent les premières places du classement, les chauffeurs des pays d’Europe de l’Est, d’où sont originaires nombre de routiers, sont également bien représentés dans le top des avis de contravention reçus par des étrangers.

Cette hausse importante s’expliquerait donc essentiellement par un meilleur échange d’informations avec la Hongrie, la Slovaquie, la République tchèque et le Portugal.

Autrement dit, les conducteurs étrangers ne peuvent plus s’abriter derrière les frontières pour échapper aux P.-V. dressés pour cause d’excès de vitesse.

© IPM