Faits divers

Un an après l'assassinat de Valentin Vermeesch, les analyses psychologiques font surface. Ils étaient cinq jeunes et aucun n'a essayé de l'aider.

Cela fait un an que le corps de Valentin Vermeesch, un jeune handicapé mental de 18 ans, a été retrouvé dans la Meuse à Huy. Un an après ces atrocités, le profil psychologique des cinq jeunes continue d'être approfondi.

A la tête de la bande, Alexandre Hart, un jeune antisocial

Après avoir fait vivre un véritable enfer à Valentin Vermeesch avant de le jeter dans la Meuse, ces cinq jeunes, dont un mineur, se trouvent actuellement en prison ou en IPPJ pour torture et assassinat.

Nos confrères de RTL ont pu consulter leur dernière analyse psychologique. Alexandre Hart est le leader et la pierre angulaire du groupe, mais en est également le plus antisocial.

Le jeune homme se présentatit comme le meilleur ami de Valentin, comme le "chevalier blanc" qui défendait le jeune Wanzois à l'école. Les autres suspects ont mis à mal cette version des faits. Ils ont soutenu que leur leader Alexandre Hart avait déjà torturé Valentin par le passé. Le soir du meurtre, c'est lui qui a pris l'initiative d'attacher Valentin à la barrière du parking de la gare pour le rouer de coups.

Aucun jeune n'a réagi

La faute ne repose pourtant pas entièrement sur les épaules d'Alexandre Hart. S'ils affirment avoir été menacés par le leader du groupe, les quatre autres jeunes (Loïck Masson, Belinda Donnay, Dorian Daniels et Kilian) n'ont rien fait pour arrêter le supplice de Valentin et le sauver de la noyade.

"La soirée de l'horreur"

C'est au bord de la Meuse, alors que Valentin Vermeesch est amené ligoté, que les cinq jeunes décident de discuter du sort réservé au jeune handicapé. Il a d'ailleurs essayé de s'enfuir avant d'être finalement poussé à l'eau. Ses bourreaux avaient filmé des scènes de cette terrible nuit.

Son corps sera retrouvé trois semaines plus tard. Plus d'un an après cette nuit de l'horreur, les bourreaux de Valentin n'ont toujours pas pris conscience de leur sadisme, selon le rapport des experts que RTL s'est procuré. Leur procès pourrait se dérouler à l'automne prochain devant la cour d'assises de Liège.