Faits divers

D’après Assuralia, l’aéroport pourrait devoir assumer les pertes liées au braquage

BRUSSELS AIRPORT L’attaque du fourgon de la Brink’s Diamond and Jewelry lundi soir à Brussels Airport a été filmée. Toutes les séquences ont été visionnées pour un résultat décevant en termes d’enquête : si l’on y voit des phases du hold-up, la police a peu d’espoir que les vidéos permettront d’en identifier les auteurs. La diffusion au grand public de certaines séquences n’est pas à l’ordre du jour, du moins dans l’immédiat. Hier, les enquêteurs ne croyaient pas que la diffusion de photos d’hommes encagoulés puisse amener le moindre résultat.

La présence des auteurs dans l’enceinte de l’aéroport a pu être chronométrée : 11 minutes. L’attaque proprement dite du fourgon au pied du Fokker 100 a duré 170 secondes. Au total, ce sont 121 colis qui ont été dérobés, pour la plupart de diamants bruts, non taillés, et n’appartenant pas à un mais à de nombreux diamantaires. Et si le butin a officiellement été chiffré à 50 millions de dollars (37 millions d’euros, Brink’s était assuré), un confrère d’Anvers, la Gazet van Antwerpen , cite “de source sûre” un montant six fois supérieur, de 300 millions.

Selon Assuralia, l’aéroport de Zaventem pourrait devoir mettre la main au portefeuille si l’enquête démontre qu’une faille dans la sécurité de l’aéroport a rendu le braquage possible, sauf si un contrat exempt l’aéroport de toute responsabilité en cas de perte.

L’un des véhicules, un Mercedes Vaneo, était un taxi volé. L’autre, l’Audi A6, portait une immatriculation française, ce qui ne démontre absolument rien. Les auteurs enfin ont peu parlé lors du hold-up. Le peu qui a été dit l’a été en français, ce qui n’est ici aussi qu’une indication. Pour certains, tout le déroulement de l’opération fait penser à des truands venus de l’étranger; et les regards se tournent vers l’ancien bloc de l’Est, y compris l’ex-Yougoslavie, Kosovo et Serbie.

En Wallonie, le seul gang actif connu, lié au milieu carolo , est hors course : ce gang se sait traqué depuis la mort d’un des siens lors d’une autre attaque d’un fourgon de la Brink’s, le 28 novembre 2012 à Signy-le-Petit, dans les Ardennes françaises : ce gang n’a pas pu faire le coup de l’aéroport bruxellois.

Quant au grand banditisme bruxellois, celui-ci reste sur des succès et c’est la piste royale : l’attaque en 2007 du Grand Casino de Bruxelles n’a jamais été élucidée, pas plus que les trois précédents hold-up à l’aéroport – 31 octobre 2000; début avril 2001 et 24 novembre 2005 – sans oublier la fusillade du 5 avril 2011 pendant l’attaque d’un Brink’s sur l’E19 Bruxelles-Anvers à hauteur de Kontich. Serait-ce donc les mêmes qui ont opéré ?



© La Dernière Heure 2013