Faits divers Les malfrats s’apprêtaient vraisemblablement à commettre des vols à main armée et ils ont tous été relaxés…

Quatre policiers ont été blessés et quatre véhicules de patrouille déclassés samedi matin à la suite d’une course-poursuite engagée avec un scooter qui escortait une Mercedes volée, du carrefour formé par l’avenue Louise et la rue Defacqz, à Ixelles, jusqu’à la place Fontainas, à Bruxelles.

Deux véhicules se sont percutés mutuellement. Deux autres ont subi des avaries pour des causes qui ne nous ont pas été communiquées (probablement lorsqu'ils ont stoppé la progression de la Mercedes volée).

Tout cela pour parvenir à intercepter cinq malfaiteurs qui s’apprêtaient vraisemblablement à commettre des vols à main armée, sachant qu’ils étaient aussi "en possession d’une arme à feu, de cagoules, de colsons et de tenues de laboratoire". "Tout cela : pour strictement rien !", estiment quant à eux les policiers de la zone Bruxelles Capitale/Ixelles. Qui ont été contraints - "après avis du magistrat" - de relaxer les cinq suspects à l’issue de leurs auditions respectives au commissariat de police.

La perquisition en flagrant délit du domicile de l’un des suspects avait pourtant permis de mettre la main sur l’étui de l’arme à feu et donc de confondre son véritable propriétaire et l’un des suspects travaillait en plus dans l’un des supermarchés auquel ils étaient suspectés de vouloir s’attaquer.

Mais, selon nos infos, au parquet de Bruxelles, on a considéré qu’il s’agissait d’un "vol simple" et non pas d’une "association de malfaiteurs" en vue de commettre un "vol qualifié"; parce que le pilote et le passager du scooter n’auraient "finalement rien à voir" avec les trois occupants de la Mercedes; parce que la voiture avait "les clés sur le contact" lorsqu’elle a été volée; et parce que l’arme "était factice".

Il n’a donc pas été jugé utile de mettre les cinq suspects - dont un mineur - à disposition du parquet de Bruxelles ni de saisir un juge d’instruction pour examiner si les conditions d’une détention préventive étaient réunies ou pas pour l’un ou l’autre des suspects. "Mais ce n’est pas pour autant qu’il n’y aura pas de poursuites", nous assure-t-on.