Faits divers Le coût des remplacements d’agents par la police derrière les barreaux est énorme.

Cela fait des années que les syndicats de police réclament un service minimum en cas de grève dans les prisons. Un tel service éviterait ainsi aux forces de l’ordre d’avoir à remplacer les agents en mouvements de protestation.

Un tel projet devrait, en principe, être prochainement soumis par le ministre de la Justice, Koen Geens, à ses partenaires de la coalition. Côté police, on l’attend avec impatience. Le service minimum permettrait de faire de sacrées économies, à en croire les chiffres dévoilés par le ministre de l’Intérieur Jan Jambon, en réponse à une question parlementaire posée par Carina Van Cauter (Open VLD).

On apprend ainsi qu’en 2016, ce sont pas moins de 575 jours de grève qui ont été comptabilisés dans les différentes prisons du pays ! "Soit le recours à 3.657 policiers fédéraux, 13.413 policiers locaux dont 9.985 dans le cadre du mécanisme de capacité hypothéquée. Un total de 170.700 heures a donc été presté par ces policiers. Ce qui représente un coût estimé à 1.546.490 euros pour la police fédérale, 2.016.464 pour les policiers locaux et 5.873.510 euros quant à la capacité hypothéquée", précise Jan Jambon. Presque 10 millions d’euros !

En 2014, on comptait déjà 201 jours de grèves. Soit un total de 65.430 heures prestées par la police, l’équivalant de 3.600.000 euros !

Et en 2015, 74 jours de grève ont été calculés. Soit 14.080 heures prestées par la police, l’équivalent de 800.000 euros dépensés à cette fin.