Faits divers On dénombre en 2017 pas moins de 55.994 procès-verbaux répertoriés

Depuis 2015 les procès-verbaux concernant la drogue sont en hausse dans tout le pays.

L’an dernier, 55.994 P.-V. ont été répertoriés selon les statistiques de la police fédérale. Cela représente environ 153 procès-verbaux par jour concernant cette problématique. Un chiffre record depuis 2007 en Belgique.

La Flandre est la région où le plus de procès-verbaux ont été comptabilisés en 2017. On en dénombre 32.458, soit la grande majorité. Une statistique qui progresse depuis 2015. La Wallonie suit avec 15.194 cas.

Une hausse qui pour le sud du pays est constante depuis 2012. On en comptait à ce moment-là 11.639.

La région bruxelloise en a enregistré 8.292 en 2017 et la statistique augmente également depuis deux ans comme au nord du pays.

Dans la grande majorité des cas, au moins un suspect a été identifié pour ces procès-verbaux.

C’est le cas pour 47.354 affaires répertoriées dans les statistiques de la police fédérale. 91,5 % de ces individus sont des personnes majeures, contre 8,9 % de mineures.

Dans la plupart des cas, les suspects sont des hommes.

La grande majorité des procès-verbaux dressée à propos de cette problématique dans notre pays concernait la détention de stupéfiants l’an dernier. 41.318 ont été recensés.

Cette catégorie ne fait d’ailleurs que progresser depuis 2015.

C’est le commerce de drogue qui arrive, lui, en deuxième position avec 7.521 cas. L’importation et l’exportation sont la troisième catégorie la plus importante avec 2.604 procès-verbaux. La fabrication de stupéfiants suit avec 1.738 cas. La catégorie autres compte 1.421 P.-V. et devance l’usage de drogue et ses 1.342 procès-verbaux.

On retrouve 611 cas dans cette dernière catégorie qui concernent la facilitation d’usage de stupéfiants.

On note également que 420 procès-verbaux concernaient l’usage qui entraîne un désordre, un scandale ou un danger dans l’espace public.

L’incitation à l’utilisation de stupéfiants représente 308 dossiers.

R.D.W.