Les petits business de la famille Belkacem

D. Ha. Publié le - Mis à jour le

Faits divers

Fouad Belkacem était “l’un des hommes de main” d’une organisation criminelle !

BRUXELLES “J’ai l’air d’un trafiquant de drogue ?” , nous avait rétorqué Fouad Belkacem, 30 ans, manipulateur en herbe et porte-parole de Sharia4Belgium , lorsque nous l’avions interrogé sur la peine de prison – toujours non exécutée – dont il a écopé au Maroc pour trafic de drogue !

Aujourd’hui, nous avons en notre possession un jugement devant le tribunal de première instance de Bruxelles en date du 12 novembre 2008 qui condamne l’énergumène à une peine de prison ferme de trois ans et à une amende de 11.000 euros pour “trafic de stupéfiants et […] participation à une organisation criminelle”, soit la plus lourde condamnation dont notre garagiste ait écopé jusqu’à présent !

Condamné par la même occasion mais uniquement pour sa participation à l’organisation criminelle : son papa, Mohammed, 55 ans, monteur de profession, qui s’est vu infliger deux ans de prison ferme et 11.000 € d’amende pour avoir tenté de mettre en place “une filière d’importation” de haschisch !

Retour sur l’enquête policière qui avait mené à leurs inculpations. Tout commence mi-décembre 2005 lorsque les policiers eurent vent d’un bus qui remontait du Maroc vers la Belgique, chargé de résine de cannabis. Un dispositif de surveillance permit d’intercepter ledit bus, immatriculé en Belgique. À son bord : six passagers et un voyage qui s’effectuait donc à perte ! “6.500€” de manque à gagner, ont d’ailleurs estimé les enquêteurs, sauf que… le bus transportait “5,329 kilos” de haschisch dans une cache dissimulée au niveau du pare-soleil, inaccessible aux chiens drogue.

Cinq suspects sont alors identifiés : deux dirigeants de l’organisation criminelle sans profession et trois chauffeurs de bus, dont le principal était l’homme de main sur le terrain et chauffeur à la Stib !

Toujours est-il que tout ce beau monde nie ou se rejette la faute l’un sur l’autre… mais c’était sous-estimer les enquêteurs qui avaient déjà reçu l’autorisation du procureur du Roi en octobre 2005 pour procéder à une infiltration.

Johan, policier infiltrant, rencontra donc l’un des membres de l’organisation criminelle en quête d’“un camion pour importer des stupéfiants du Maroc vers la Belgique”. Celui-ci lui précisa aussi d’entrée de jeu “qu’il appartenait à une grande organisation qui avait déjà aménagé un grand nombre de caches de camions” et que rien ne serait détectable. Il était question de “250 kilos” de haschisch par transport (la cache ne pouvant contenir 400 kilos comme voulu à l’initiale) et d’une rémunération pour ledit transport “de 80 à 100 € par kilo” de résine.

Johan lui fournit alors un semi-remorque dans lequel la bande devait aménager une cache pouvant contenir plus de 200 kilos de haschisc h et l’on décida de procéder à une “livraison contrôlée de marchandises”, soit “la technique qui consiste à se laisser poursuivre sous un contrôle policier permanent […] et où l’intervention policière est différée jusqu’au lieu de destination finale en Belgique”.

Le policier infiltré transporta donc les stupéfiants pour la bande jusqu’en Belgique et fit scanner son camion à l’arrivée. Résultat ? L’identification de six autres membres de l’organisation criminelle – dont le fils et le père Belkacem – et la découverte de 180 kilos de résine, soit une valeur marchande au détail de “900.000 €” pour un prix d’achat de “54.000 €”. Un solide bénéfice en perspective de “846.000 €” si l’on s’en tient au calcul des enquêteurs et qu’on table sur le fait que les trafiquants n’avaient pas l’intention de couper leur marchandise pour maximaliser le bénéfice !

Observations et écoutes téléphoniques à l’appui, Fouad Belkacem fut identifié comme étant “l’un des hommes de main” de l’un des dirigeants – un Belge et un Hollandais – de l’organisation criminelle (11 membres au total). L’actuel prédicateur en herbe avait en effet assuré la surveillance – recourant même à des filatures – de Johan, le policier infiltré, à bord de sa Volkswagen immatriculée avec une plaque allemande de transit… mais sans jamais rien flairer de l’infiltration !

Quant à son père , Mohamed Belkacem, il voulait importer sa drogue via l’un des camions de l’organisation criminelle. Seul bémol, la cache ne permettait pas de stocker sa quantité de drogue “trop importante” en sus de la drogue achetée par les dirigeants de l’organisation… M. Belkacem et son associé prirent donc contact avec Johan, le policier infiltré, en vue de “créer une filière parallèle d’importation de stupéfiants” sans qu’on lui en laisse le temps !

Défendus par un pénaliste de renom, Me Olivier Martins, le papa et son fiston ont respectivement été condamnés à des peines de deux et trois ans en lieu et place des cinq et six ans requis par le procureur du Roi.

Rappelons également que les Belkacem sont en appel et n’ont donc pas encore presté ces condamnations. Leur dossier ayant brûlé dans l’incendie qui a ravagé une annexe du palais de justice en janvier dernier, il faudra encore attendre sa reconstitution pour que leur procès devant la cour d’appel de Bruxelles soit fixé !

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner