Faits divers

LIÈGE Après l’attentat qui a touché Liège, les policiers Liégeois sont sous le choc. La nouvelle est dure à encaisser, d’autant qu’ils étaient nombreux à connaître Soraya et Lucile, qu’ils nommaient Cathy. "Elles étaient deux rayons de soleil, nous explique un policier. Elles riaient tout le temps. Elles étaient très sympathiques. Elles manquent à tout le service." Tous les témoignages vont dans ce sens. Un autre policier explique : "Elles étaient super gentilles. De vraies crèmes. Elles étaient toujours souriantes malgré le fait que la vie ne les avait pas épargnées." Les policiers sont unanimement touchés. "Notre ressenti est une très grande tristesse vis-à-vis d’elles. Il s’en est lâchement pris à deux agents de police par derrière au lieu d’aller se confronter à des policiers plus entraînés de face. Nous avons un sentiment d’injustice aussi pour le jeune garçon lâchement abattu." Après le choc de la nouvelle, les Liégeois ont décidé de soutenir leur police. "Des anonymes ont poussé les portes de nos commissariats simplement pour nous amener de petits présents et nous remercier, indique un inspecteur principal. C’est pour cette population-là que l’on aime travailler. Dans tous les services, nous avons reçu des cadeaux de la population." Les personnes ont apporté des chocolats ou encore des fleurs. "Je suis fier de faire partie de cette grande famille. Je salue le courage et le professionnalisme des premiers intervenants. Je sais que demain tout le monde sera présent, sur le pont, comme toujours…" Certains policiers ne parviennent pas à encaisser le choc. "Une collègue s’est déclarée en accident de travail parce qu’elle connaissait les deux victimes. Elle ne parvient pas à supporter la nouvelle."

S. R.