Faits divers

Certaines plantes ne se trouvent que sur le site où les corps ont été retrouvés

LIÈGE Dans les poches des vêtements portés par Abdallah Ait Oud lors de ce tragique été de 2006, les experts ont trouvé de multiples traces de végétaux. L'accusé en a expliqué la provenance en pointant trois sites sur lesquels il avait pu se trouver : le site de Fétinne, proche de l'appartement de sa copine Christelle, le site du parc du Potay et le site dit des Franchimontois.

Les plantes retrouvées dans ses poches ont été comparées aux espèces présentes sur ces trois sites. Certaines d'entre elles s'y trouvent, c'est vrai, mais pas toutes !

En fait, le seul site où l'on retrouve toutes ces plantes est celui dit du chemin de fer. C'est là - faut-il le rappeler ? - qu'ont été retrouvés, trois semaines après les disparitions, les corps sans vie de Nathalie et de Stacy. Particulièrement pointée à cette occasion par l'expert en botanique de l'institut en criminalistique, une espèce d'avoine sauvage, le poaceae de son nom scientifique et latin.

Si la présence de cette plante dans la poche du jean de l'accusé prouve sa présence sur ces lieux-là, d'autres examens, réalisés par d'autres experts, montrent son... absence sur certains sites sur lesquels il affirme pourtant avoir été. Ainsi en est-il, par exemple, des analyses de fragments de briques retrouvés sur son jean. Ceux-ci ne correspondent pas du tout aux briques du mur proche de l'endroit où Christelle vivait...



© La Dernière Heure 2008