Les sœurs de Malonne: "pas de l'inconscience" d'accueillir Martin

Johanne Tinck Publié le - Mis à jour le

Faits divers

Les sœurs précisent avoir cherché à vivre au mieux cette tension

BRUXELLES Les soeurs du monastère de Malonne qui accueilleront Michelle Martin disent avoir décidé de dire oui sous deux conditions, que la justice soit respectée et qu'une réinsertion soit envisageable.

"Ce fut un défi pour nous bouleversées par l'horrible souffrance des victimes et de leurs familles", précisent-elles dans un communiqué. "Quand le temps fut venu pour madame Martin de pouvoir bénéficier d'une libération conditionnelle en vue d'une réinsertion sociale, nous espérions que les instances prévues à cet effet allaient lui procurer un lieu d'accueil. Mais il n'a pas été possible de trouver ce lieu. Il faut savoir que Madame Martin n'a pas de famille et qu'elle n'a pas trouvé en Belgique de lieu de réinsertion prévu pour des femmes. La suite des événements nous a montré qu'il n'y avait pas non plus de possibilité d'accueil pour elle dans les pays voisins".

Les soeurs précisent que lorsque les avocats de Michelle Martin ont évoqué cette impasse, elles en ont longuement débattu. "Ce ne fut pas simple. Nous avons longtemps mûri notre décision. Au terme de tout ce cheminement, nous sommes arrivés à la conviction qu'il fallait dire oui à cette demande mais à deux conditions".

La première condition était que la justice soit intégralement respectée. La deuxième était quant à elle que l'enquête réalisée à la prison où est détenue Michelle Martin révèle qu'elle avait évolué et qu'il était possible d'envisager une réinsertion sans risque de récidive. "Sur ce chapitre, nous faisions confiance aux enquêtes judiciaires menées par des professionnels qui font leur travail avec la compétence et la distance affective nécessaires".

Les tâches que réalisera Michelle Martin ne sont pas précisées. "Elle sera amenée à aider la communauté qui l'héberge mais dont elle ne fera pas partie", a déclaré Thierry Moreau, l'avocat de Michelle Martin.


© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner