Faits divers Les syndicats dénoncent le manque de moyens mis à disposition des policiers.
"En période d’alerte terroriste, j’ai dû tirer avec un chargeur à moitié vide". Alors qu’ils reçoivent habituellement trente munitions à chaque entraînement, des membres de la police judiciaire fédérale de Charleroi n’ont reçu que dix cartouches lors de l’avant-dernière séance de tirs de l’année organisée dans les stands de la police à Jumet.(...)