Faits divers Le télémarketing fait partie des nouvelles stratégies des adeptes pour recruter de nouveaux membres.

Les Témoins de Jéhovah sont bien connus de la population pour leur fameuse technique du porte à porte qui leur permet de recruter de nouveaux membres. Par groupe de deux, ils vont ainsi de maison en maison pour prêcher ce qu’ils considèrent comme la bonne parole.

Cette façon de procéder, ils la tiennent de la Bible, à laquelle ils accordent la plus haute importance. "Jésus a ordonné à ses disciples de faire, à leur tour, des disciples de gens d’entre toutes les nations. Lorsqu’il les a envoyés prêcher la bonne nouvelle, il leur a demandé d’aller trouver les gens chez eux", justifient-ils.

Prêcher la bonne parole est une des marques de fabrique des Témoins de Jéhovah et la prédication joue un rôle capital dans leur vie. Les Témoins passeraient en moyenne plus de cent heures à cette activité chaque année.

Malgré l’habitude bien ancrée du porte à porte, ces dernières années, les Témoins de Jéhovah semblent avoir fait preuve de créativité pour diversifier leurs techniques d’approche.

C’est ainsi qu’il est de moins en moins rare d’apercevoir des sortes de stands tenus par des adeptes sur des places publiques, à des arrêts de trams ou encore à proximité de gares. Équipés de présentoirs et de nombreuses brochures, ils prétendent informer la population au sujet de la fin du monde imminente.

Plus récemment encore, des cas de contacts par téléphone ont été recensés par le CIAOSN (Centre d’information et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles). "Ils utilisent le téléphone surtout en cas de décès d’un membre de la famille. Ils s’informent via les annonces nécrologiques et leur discours est de dire aux proches qu’il ne faut pas désespérer parce que la fin du monde va bientôt arriver", explique Sandrine Mathen.

Le nombre de Témoins de Jéhovah actifs dans le monde est estimé à près de huit millions.

En Belgique, ils seraient près de 25.000, selon le CIAOSN. D’après Eric Brasseur, le directeur du centre, cette communauté pourrait même être amenée à disparaître dans le futur. De son côté, l’Orela (Observatoire des religions et de la laïcité) estime également que le nombre d’adeptes est en baisse de notre pays.