Faits divers La compagne de l’accusé ne voulait pas croire qu’il avait pu agir tout seul.

D’origine espagnole, Letitia Maqueda est retournée vivre du côté ibérique et ne donne plus trop de ses nouvelles. Si elle faisait défaut physiquement, elle était un peu présente ce jeudi matin.

La juge Annick Jackers et ses collaborateurs ont en effet dévoilé les différents témoignages de la compagne de Jérémy Pierson. Même si ce n’est pas elle qui parle directement, on la sent quand même sincère dans ses déclarations. "Jérémy n’aurait jamais pu faire ça tout seul. On en a parlé avec sa famille, on ne peut pas le croire", dit-elle ainsi aux enquêteurs, quelque temps après l’arrestation de son compagnon.

Dans les PV d’auditions, elle ajoute que le comportement de Jérémy Pierson a changé peu de temps après qu’ils sont revenus vivre en Belgique. Et le fait que son copain fréquentait de mauvais garçons n’a pas aidé à améliorer la chose… "Il y avait parfois des Tchétchènes qui débarquaient à l’appartement. Sans prévenir. Ils s’isolaient avec Jérémy dans la chambre. Je ne sais pas dire ce qu’ils faisaient. D’une manière générale, je sais que Jérémy en avait peur. Il y avait surtout un boss qui faisait peur à tout le monde dans le milieu. Une fois, Jérémy m’a dit qu’il s’était fait tabasser par ce chef. Quand il recevait des appels sur son GSM et que c’était eux, je le voyais bien. Parfois, il nous arrivait d’en rencontrer quelques-uns lorsque nous nous promenions. Jérémy me disait de poursuivre ma route. Qu’il me rejoindrait plus tard".

Quand elle est interrogée sur les agissements de son compagnon, c’est-à-dire au moment de la disparition de Béatrice Berlaimont, Letitia dit en avoir parlé à Jérémy. Mais à aucun moment, elle ne se doutait qu’il puisse commettre de tels actes. Elle pensait qu’il allait suivre régulièrement sa formation dans un établissement situé à quelques kilomètres de leur domicile.

Le soir, Jérémy Pierson revenait comme si de rien n’était. Même s’il lui arrivait de déloger par moments. Notamment suite à une dispute, comme tous les couples peuvent en avoir. Et la dernière en date a eu lieu pratiquement au moment même de la disparition de Béatrice Berlaimont. Est-ce le déclencheur ? "Le samedi, on en avait parlé dans les journaux et sur Internet. Il s’est levé assez tard et je lui dis qu’une fille avait été enlevée. Ce qu’il m’a répondu ? Que vivre à Arlon était dangereux, qu’il ne fallait pas que j’aille seule au travail et que je devais emprunter les artères principales. Je vous assure que la petite Béatrice Berlaimont n’est jamais venue à l’appartement."

Elle termine en signalant que Jérémy Pierson a toujours été gentil et attentionné avec sa famille. Un super papa. Au niveau sexuel, le couple vivait une relation des plus normales, sans excès ou demande particulière de l’accusé.