Libération du meurtrier présumé: la famille du superviseur de la STIB dans l'incompréhension

Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Faits divers

"La famille a perdu toute sa confiance dans le système juridique"

BRUXELLES La famille d'Iliaz Tahiraj, ce superviseur de la STIB qui avait été mortellement agressé en avril, réagit avec incompréhension et indignation à la suite de la libération sous conditions du meurtrier présumé, Alexandre V. E., a fait savoir jeudi l'avocat de la famille, Maître Sven Mary.

"La famille a perdu toute sa confiance dans le système juridique", explique l'avocat, qui dénonce le manque de communication dont le parquet et le service d'aide aux victimes font part. "La famille m'a dit hier qu'elle avait eu vent de sa libération et j'ai contacté l'avocat du meurtrier présumé pour en avoir la confirmation", poursuit-il.

"Apparemment, la chambre du conseil a d'abord ordonné sa libération, le parquet avait ensuite interjeté appel, et c'est alors que le juge d'instruction l'a libéré". L'avocat suppose qu'il y avait des raisons sérieuses pour libérer Alexandre V. E., "que je ne connais pas et que je ne peux donc critiquer. Ce qui me dérange, c'est le manque total de communication dans ce dossier."

S'il n'existe pas de procédure qui oblige à tenir informées les victimes au sujet de la libération d'un suspect, Maître Sven Mary estime qu'une exception aurait pu être faite dans ce dossier. "Le parquet et le service d'aide aux victimes auraient pu faire un effort pour tenir la famille au courant dans un dossier aussi délicat. Il était suffisamment connu que nous nous étions constitués partie civile", conclut l'avocat.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner