Faits divers

Le tribunal correctionnel de Liège a accordé une suspension du prononcé à une mère de famille de 40 ans, qui a porté des coups sur ses deux enfants.

Les parents des deux fillettes sont séparés. Le père des enfants a constaté à plusieurs reprises que les fillettes présentaient des traces d’hématomes après être rentrées d’un droit de visite chez leur mère.

Le père a expliqué qu’il avait plusieurs fois mis en garde son ancienne épouse. Il lui avait demandé d’arrêter d’adopter des comportements violents envers les enfants, mais sans succès.

Le 14 août 2016, il s’est rendu à l’hôpital pour faire constater les hématomes. Les fillettes ont expliqué que leur mère les mordait, les frappait avec une cuillère en bois, une sandale, mais aussi une ceinture !

Les traces de coups étaient compatibles avec les dires des enfants. "Je leur ai donné une fessée et je les ai frappées sur les cuisses", a déclaré la mère qui niait les coups répétés.

Lorsqu’elle avait été entendue par la police, elle avait déclaré qu’elle avait "un peu le droit de les frapper".

Le parquet a rappelé que même si le contexte culturel pouvait expliquer ce comportement, la société belge refuse d’accepter que l’on frappe ses enfants de cette manière.